Code 93

– tome un –
couv46511480
Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

Ce que le ver Caro en dit :

Forcément, au bout d’un moment, on se doit de se frotter à ce nom que les copines ne cessent de clamer à tout bout de champ. Ont-elles raison?! Je n’en suis pas pleinement convaincue… Pourquoi? Parce que je ne lui ai pas trouvé une nouveauté, une originalité à couper le souffle, qui te fait te taper le postérieur sur le carrelage, pour autant je lui reconnais un côté visuel empli de réalité évident et des morts pas communes qui m’ont subjuguée par leur côté surnaturel possible (mais dont il n’est pas question ici). Pour le reste, cela reste simple et efficace : un corbeau, des meurtres, un tout qui se recoupe sur fond de grosses révélations dégueulasses politiquement parlant, une équipe avec en première ligne un homme comme on l’attend dans ce genre, secondé par un geek, un « crevard » de nanas et une nouvelle qui est à l’opposé de la barbie. Bien mais avec autant de bruit l’exceptionnel m’a fait faux bond pour que j’en rajoute une couche…

Publicités

4 commentaires sur « Code 93 »

  1. Coucou
    Par curiosité je le lirai un jour quand on arrêtera d’en parler partout surtout de façon dithyrambique
    Surtout que le mort qui revient à la vie à la morgue j’ai déjà vu ça dans Maléfice que j’ai adoré

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou mon Elhy!
      J’aime aussi dans ce cas de figure laisser retomber le soufflet de la « propagande » ou ne pas m’y frotter du tout selon les livres.
      J’ai surkiffé de folie ce passage, tout comme la possible explication de la seconde mort pas lambda non plus, cela ajoutait une part de petit plus que j’aurais voulu voir plus exploitée pour justement le distinguer de la masse.
      Maléfice?
      Bisous.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s