Stigmate

– tome 2 –
couv41909009.gif

Quand un monstre fascinant et obscène prend la parole et surgit à nouveau face à ses anciennes victimes, elles n’ont pour seules issues que la fuite, la mort… ou les « voies de l’ombre », le système implacable d’un criminel qui leur dévoile en chuchotant les secrets de sa folie.
« J’ai de l’amour pour mes chiens d’attaque. Certains il a fallu les tabasser, d’autres pas.
Il n’y a pas de règles. C’est ça l’extraordinaire chimie de la nature humaine. C’est passionnant.
Approche-toi, ami voyeur. Et n’aie pas honte de ton vice. Viens pénétrer le monde d’un artiste du crime. Il est temps que je me présente et que j’offre ma réflexion à la multitude. »

reconstruction… ou pas             mon cœur a plus battu pour le premier opus
la lecture lointaine du tome un a desservi cette suite directe
psychologie tissée d’une main de maître!
multiples points de vue sensation d’éparpillement              psychopathe
mode de raisonnement délirant mais véridique sur notre société      fait peur
une dernière partie resserrée sur certains personnages
lecteur pris en tenaille     des pages finales qui augurent du PUMP IT UP corsé noir

CHOUETTE

 

 

Prédation

couv25829324
Thriller
499 pages chez Télémaque
tome 1

Résumé : 
Un cadavre nu est découvert dans une friche industrielle, la main droite déchiquetée. Un homme se tire une balle en pleine tête, dans un centre commercial bondé. Un jeune père dressé comme un chien est torturé sans relâche au fond d’un cachot sans porte ni fenêtre. Aucune piste, aucun lien, aucun mobile… Qui sont ces hommes ? Pourquoi ont-ils été choisis ? Pour quelle mise à mort aberrante ? Une nouvelle race de psychopathes est à l’œuvre. Un prédateur imprévisible et monstrueux. Sa traque macabre a déjà commencé.

Avis :
Première lecture pour Halloween et il n’y a pas à tergiverser, quel livre extraordinaire!

On part dans un monde dicté par un sacré psychopathe pour rester poli. On se fait assez vite une idée de qui il est, croit-on, parce que les auteurs sont bien plus tordus donc ce qu’on prend pour acquis n’est que poudre aux yeux, c’est bien plus complexe que cela en réalité. Pour notre plus grand plaisir, on se fait avoir et franchement cela m’a fait un bien fou de ne pas saisir tout le délire avant la fin.

Un réel plus, notre dérangé du ciboulot base sa philosophie sur un film que je n’ai jamais vu, je ne le connais que de nom mais je compte bien remédier à ceci, et même cet élément cache quelque chose. C’est magique.

L’ambiance est malsaine, froide, exiguë, oppressante.

Le dénouement qui ouvre sur le second opus est un final à la hauteur du reste, c’est machiavélique. J’aime, j’adore, j’adhère.

Un fou malade travaillé avec beaucoup d’attention, il est totalement tordu et cela ravit ma petite personne.
Le flic que l’on suit n’a pas la joie de vivre en lui, il n’est ni gentil, ni aimable et encore moins sociable. Je dis donc oui!
On alterne les points de vue entre eux deux, plus celui d’une victime du système du méchant et d’autres personnages secondaires à une vitesse folle grâce à des chapitres qui se veulent courts.

Le vocabulaire est riche, ce qualificatif peut d’ailleurs être assimilé à l’intrigue, aux gens et aux inventions des auteurs qui n’y vont pas de main morte avec les individus qu’ils ont créés.

imagesCASQB5RRUn vrai thriller de choc. Vite la suite…