Comment je vais tuer papa

couv14234874

Thriller & policier
425 pages chez Black moon thriller

Résumé :
Suède, Janvier 2010. Deux pieds dépassent de la surface gelée du lac Simsjön, près de la ville de Skövde. Ils appartiennent à Elisabeth Hjort, une jeune mère de famille. Trois autres femmes (deux journalistes et un inspecteur de police) s’intéressent de près à l’affaire. Trois femmes qui doivent affronter leurs propres démons. Parmi elles, l’une s’apprête à commettre un meurtre à son tour, à tuer celui qui a fait de sa vie un enfer : son propre père. Mais laquelle des trois est-elle ?

Avis :
On suit trois meurtrières potentielles et l’auteure s’amuse à jouer avec nos nerfs dès le départ. On change d’avis comme de chemise, puis on élimine le dernier en date, on y revient, on l’abandonne, on ne sait plus !

De plus, on se retrouve à avoir, entre nos chapitres où on les suit au quotidien, des bribes de la vie de la future criminelle pour mieux nager dans la semoule. Et cela fonctionne parfaitement bien ! Ces passages sont, par contre, à la première personne et je n’aurais pas fait un meilleur choix.
Cette femme nous raconte son passé douloureux, ainsi que les notes qu’elle prend dans son carnet pour s’organiser. Tout en étant très sérieuse, cette entreprise fait parfois sourire. Elle se fait de ces réflexions ! On a parfois l’impression qu’elles sortent de l’esprit d’une adolescente tant elles sonnent enfantines. Malgré cela, elle reste très rigoureuse dans ses préparatifs.

Les flash-back sont quant à eux à la troisième personne, comme si elle voulait instaurer une distance, éloigner la douleur.

Le fait que cela soit un thriller suédois impose de suite une atmosphère, une ambiance particulière, froide qui est amplifiée par le meurtrier qu’elles tentent toutes les trois de percer à jour.

Une excellente surprise que ce roman qui m’a rendue chèvre et qui mérite donc son appellation de petite perle.

imagesCABRMO8U

challe19
bannièreABC2014

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑