Partage page Facebook #07/11/2016

Chère bookcompagnie!

J’arrive au bout du premier tome de l’Assassin Royal, L’apprenti assassin de Robin Hobb. Cette série met en avant Fitz, enfant illégitime du prince servant de notre univers de départ à qui il va arriver moult et moult péripéties grosso merdo. Dans le résumé LA est dit que nous sommes dans un long voyage initiatique… et ça j’adore! J’ai connu un début d’aventure plutôt difficile, non pas que le contenu ne me plaisait pas, mais dû au fait que j’avais l’impression de peiner à avancer. (Quelle idée de lire ce premier opus dans un bouquin qui regroupe les trois premiers titres aussi…) La grosseur du roman joue mais l’installation des divers éléments aussi je suppose. Par contre une fois mon rythme pris, ce fut en avant Neness! ^^
couv75909001

C’est vraiment très captivant, il y a plein de choses à découvrir, des mystères à percer, des méchants, des rebondissements dramatiques, un monde recelant tant de sujets à nous offrir sur tout un tas de thèmes et enfin Fitz qui me plait énormément!
Sinon j’ai regardé le premier épisode de Black Mirror sur Netflix, une série sur la nocivité de la technologie sur les gens via notre dépendance aux écrans. C’était extrêmement bizarre à cause de la demande faite par un kidnappeur ultra tordu mais j’ai trouvé que le thème central était terriblement bien exploité! Cela fait flipper sa mémé!!!
netflix-commande-12-nouveaux-episodes-de-black-mirror

Smack!

issu de la page Facebook – Caro VerdeLivre tient un journal de bord livresque –

Partage page Facebook #14/10/2016

Chère bookcompagnie!

Faisons ce petit check lecture tant attendu ^^
J’ai terminé Souvenirs volés de Selina Fenech, je ne vois rien de plus à ajouter que je n’ai déjà dit dans ma précédente publication où j’avais effectivement bien fait le tour, surtout que je viens d’écrire la chronique qui va paraître d’ici peu donc évitons la redondance de propos ^^
couv49801375
J’ai aussi fini La mésange et l’ogresse d’Harold Cobert, comme pour le titre précédent, je suis en train de rédiger l’avis final et j’avais fait un bon tour d’horizon.
En bref, un jeunesse façon conte qui laisse en demande sur l’univers féérique & une bombe livresque dévastatrice mené avec sagesse!
couv72694697

Maintenant passons à l’actuelle : L’héritage des rois passeurs de Manon Fargetton. Ici, nous sommes avec Ravenn, une princesse anciennement en exil qui revient chez elle récupérer son trône, ce qui n’est pas bien vu par tout le monde; ainsi qu’avec Enora, une jeune femme née dans notre monde qui voit sa famille décimée de façon violente. Elles ne vivent pas dans le même univers, n’ont, semble-t-il, rien en commun et pourtant… Suspens ^^

Il me reste moins de cent pages à parcourir. Au départ je vous aurai dit c’est sympa, il y a de bonnes idées. Maintenant je vais crier Saperlipopette je suis taquet! Un net intérêt est né entre temps.
Je vénère Ravenn qui est un peu comme Xena la guerrière dans mon esprit, quant à Enora qui a moins la côte dans les avis que j’ai pu entendre ou voir je ne sais que dire car on ne peut se mettre à sa place et donc comprendre son état d’esprit. Enfin c’est mon avis.
Des secondaires façonnés avec justesse qui nous percute chacun à leur façon, qui ont leur place aussi c’est important.
Les règles & l’Histoire d’Ombre sont riches et accessibles, elles intriguent et sont amenés d’une manière qui pique la curiosité. En effet, un point est donné par un extrait de document et par la suite il va être mis sur le devant de la scène dans le déroulement de notre histoire actuelle. J’aime. L’ensemble s’enchaine au poil.
Je vais arriver au moment où cela va batailler sévère j’ai hâte.
thl2zep7i8

Pour la suite, je ne suis pas encore décidée mais je vais stopper le fantastique/fantasy, j’en ai enchaîné trois et je sens le besoin de changer de genre.

PS : à la maison, nous sommes perdus, nous avons succombé à Netflix… Si je zieute des choses qui valent le détour, je vous en toucherai un mot.

Smack!

issu de la page Facebook – Caro VerdeLivre tient un journal de bord livresque –

Codex lethalis

– tome 1 –
couv52963640Deux agents de police en patrouille découvrent une scène effroyable : une petite famille apparemment ordinaire a été massacrée.
Pourquoi Harold Buchanan, bon père de famille sans histoires, aurait-il tué sa fillette et sa femme avant de se supprimer ? L’autopsie révèle que sa propre mort n’est pas un suicide : son cerveau et ses globes oculaires ont comme bouilli. Un informaticien est chargé d’inspecter l’ordinateur de Buchanan : à son tour, il est pris d’une crise de folie meurtrière, et le massacre est évité de peu. D’autres scènes similaires se succèdent : des gens deviennent fous de rage et s’effondrent après avoir tenté d’anéantir tout ce qui les entoure.
Le point commun de toutes ces personnes à la fois meurtrières et victimes ? Une vidéo, huit secondes de mort vivante, diffusée sur la Toile et ouverte d’un simple clic sur leur écran.

Ce que le ver Caro en dit :
(en quelques mots griffonnés sur son carnet)

> seconde très bonne surprise dans cette collection

> un thème déjà croisé chez Franck Thilliez (qui l’exploite de façon plus scientifique, plus fouillée) qui reste pour autant toujours aussi fascinant. Le sujet part ici plus dans l’ésotérique ou quand notre société rencontre l’ancestral…
Un vrai frisson prend possession de nous tout au long de notre lecture quant à la possibilité offerte par ce biais pour tuer qui est bien mise en valeur.

> un point m’a fait lever les yeux au ciel : beaucoup de monde (enfin tout est relatif, peut-être pas beaucoup mais quand même c’est choquant) intègre l’enquête comme si c’était normal.
Interprétation de bibi : genre bras dessus bras dessous vient que je te raconte mes investigations, quoi une politique de sécurité, de secrets gardés, ah quoi bon! Rentre j’te dis!!! Je ne vais absolument rien te cacher, tu pourras nous donner un petit coup de pouce sûrement sans que l’on ne s’oppose à ta présence cela va de soi gros! Tu n’es pas seul?! Pas de souci, ramène tes potes aussi…
Exagération bonjour, mais quand un mec du privé s’invite dans tes locaux pour avoir accès au bazar et qu’on l’accueille sans faire de vagues, cela me semble un poil trop facile… Surtout qu’il ne sera pas seul à se joindre au groupe de départ. Oui, ils ont une utilité tous ces gens mais non on ne doit pas faciliter leur volonté d’aider dans la vraie vie…

> des scènes qui peuvent heurter la sensibilité des non aguerris au genre

> un mobile somme toute classique qui matche bien mais ne me surprend plus

> différents points de vue et peu d’attachements aux divers personnages

Du déjà vu sur plusieurs plans mais tout est amené de façon efficace et avec une vraie volonté de l’auteur d’en faire quelque chose à sa sauce.

Lecture validée!

mon avis sur le premier titre découvert de cette collection : Comment je vais tuer papa

Des chroniques lues par mes soins sur le sujet :
Boulevard livresque
Joyeux-drille

Appel à lecteurs

Une occasion en or de lire un titre fantasy peu connu sur la blogo, qui fut une révélation pour moi, et de l’aider à percer grâce à son avis 😉

Éditions du Monde Premier

Pas d’erreur : il s’agit bien d’un appel à lecteurs et non d’un appel à texte !

Je vous préviens, l’initiative est osée et ne plaira pas à tout le monde, mais qui ne tente rien n’a rien.

Rappelons d’abord la raison d’être de cette association : permettre la rencontre entre livres et lecteurs. Nous ne sommes pas une entreprise, et nous n’avons donc rien à perdre à le faire de la manière qui nous convient. Même si le pari peut sembler loufoque de prime abord.

16631676-nuage-de-mot-abstrait-pour-le-service-de-presse-avec-des-tags-et-des-termes-connexes-banque-dimagesL’idée est partie du principe des « service-presse » ou partenariats qui consistent à proposer une oeuvre à un blogueur/une blogueuse afin qu’il en fasse une chronique (bonne ou mauvaise, cela reste à nos risques et périls!). Pour cela, l’auteur/l’éditeur/moi entre directement en contact avec un blogueur qu’il espère intéressé par ce genre de lecture et par la proposition. Il passe donc à côté de dizaines d’autres…

View original post 279 mots de plus

Absinthes et démons

couv69196890Fantastique

Résumé :
Qui est réellement Lord Nermeryl ? Le diable, comme le laisse sous-entendre la rumeur ? Ou un jeune dandy un peu trop excentrique dont le passe-temps morbide est d’enquêter sur des affaires surnaturelles ?

Au fil des énigmes, en compagnie de sa fidèle compagne, la Corneille, le jeune homme goûte la saveur des âmes des êtres humains, découvrant les travers de l’humanité et y apportant sa propre justice… d’une manière bien singulière…

Ce que le ver Caro en dit :

THE point qui a d’emblée retenu mon attention est ce fil conducteur qui lie les nouvelles les unes aux autres pour constituer le parcours d’une vie, à savoir celle de Lord Nermeryl.
Comme cela a une continuité, nous avons un final et il n’est pas en reste de l’ensemble des péripéties de notre homme.

Chacune des histoires a le goût d’une anecdote et aborde le sujet d’un être maléfique différent. Le récit se présente à chaque fois sous forme d’enquête. Pour les mener à bien, notre lord est aidé par une comparse, la corneille. Ce duo est très « chien et chat », en plus d’être surprenant et d’apporter son lot de questions.

Notre personnage a énormément de charisme, de sex appeal aussi et cela lui sert bien, car il joue de son corps.

Notre lord est auréolé de mystère, de surnaturel, il va là où sa carte de visite est apparue, mène son investigation et exécute son propre jugement. Il fait penser à un chasseur de primes qui aurait la spécificité d’être accompagné d’une sorte de familier. Mais est-ce bien là la vérité ?

L’époque est délicieuse, le style la met bien en place et en valeur, chaque aventure est au même niveau que la précédente, chose assez rare dans un recueil où, en général, il y de nettes différences dans les intrigues donc des préférences pour tel ou tel récit chez le lecteur.

L’ambiance restera jusqu’au bout sous le signe du brouillard, de l’étrange en ce qui concerne notre héros qui ne nous dévoilera que peu, mais cela fait partie de la mise en scène pour que cela fonctionne et offre une certaine crédibilité.

= Si la couverture vous interpelle de par sa beauté et l’aura que dégage ce drôle de couple, le contenu devrait grandement vous charmer.

L’ouroboros d’argent

couv33997093Fantastique

Résumé :
Axel est généreux. Axel est amoureux. Axel est trop gentil. Aujourd’hui, il doit traverser la France pour acheminer un héritage. Célia est fière. Célia est implacable. Célia est un loup-garou. Aujourd’hui, secondée par deux jeunes de sa meute, elle doit retrouver l’objet responsable d’une vieille malédiction. À la croisée des chemins, le piège se referme dans le Massif Central. Prête à tout pour mener à bien sa mission, Célia n’hésitera pas à détruire la vie d’Axel s’il le faut. Le jeune homme a de la résistance à revendre et des amis prêts à l’aider. Pourtant, cette fois, il pourrait bien finir broyé au nom de l’Ouroboros d’argent. L’artefact vaut-il seulement tous ces sacrifices ?

Info : Une partie des bénéfices est reversée à Handi’cats 🙂

Ce que le ver Caro en dit :

La base mythologique est rapidement posée, nous avons les garous qui appartiennent au bon côté de la force, ceux qui ont des prédispositions, mais qui restent humains et les autres, les méchants, ceux qui peuvent être un danger pour la société. En somme, ces derniers sont des garous comme on nous les présente dans les films d’horreur (non pas comme Jacob dans Twilight… eux sont vraiment grrr mais pas dans le sens beau gosse LOL), ils sont avides de sang, hideux et souvent avec de la bave. Miam miam…
Dans les premières pages, Celia chasse un de ses personnages qui menace la communauté et l’auteure nous impose d’emblée une image saisissante de la violence caractéristique de cette créature.

On remarque aussi le fossé entre humains et garous, ainsi que la difficulté que cela peut être de devoir marquer cette différence, de choisir un camp, en quelque sorte.

Nous allons et venons entre différents personnages : Celia, Claudio, un des siens, Capucine, la troisième comparse de ce duo, Axel, Julie sa petite amie…
Beaucoup de monde, chacun avec ses propres questionnements, et cette aventure ne va laisser personne indemne. Elle va leur offrir la possibilité de s’ouvrir, d’oser, d’accepter. J’ai aimé les voir évoluer et nous donner la chance d’en être les spectateurs.

Nos deux personnages principaux sont deux opposés directs : Celia a un caractère déterminé, un peu trop acharnée pour moi, la nana, mais cela colle au côté animal qui l’habite. Quant à Axel, lui, il est choupi. Il est plein de bonnes intentions, mais la vie ne se passe pas toujours comme prévue et, du jour au lendemain, son petit quotidien va être chamboulé. Il se bat alors pour ses valeurs. On se prend d’affection pour lui et son combat. Non pas que celui de Celia ne soit pas honorable, loin de là, mais elle est trop bestiale dans sa façon de faire. Une femme brute et un jeune Bisounours, si on résume la situation, se retrouvent face à face dans cette aventure.

Le rythme que l’on attend d’une quête est là, les rebondissements aussi, ainsi que des petites apparitions magiques appartenant à d’autres univers, elles sont fort agréables et apportent un plus.
Le petit hic viendrait de cela : on veut en savoir plus encore et encore. Un choix judicieux que celui de faire un one-shot, mais, fatalement, des pans sont passés à la trappe et, comme on adhère au style de l’auteure, on voudrait voir des rideaux se lever sur certains pans survolés.

Il semblerait que la fin puisse faire débat, d’après ce que j’ai vu de ci de là, eh bien, chez moi, elle est validée à cent pour cent.

= Un simple objet peut donner naissance à bien des péripéties, voyez par vous-mêmes ce qu’il leur fait faire et passez comme moi un excellent moment en compagnie de ces êtres qui ne sauront vous laisser indifférents.