Vils

– tome unique –
couv8788890
Bienvenue, visiteurs, dans les méandres de la folie humaine. Venez explorer les esprits les plus vils, à la frontière du Mal, du normal ou encore du paranormal… Saurez-vous vous en remettre ou bien vous laisserez vous emporter dans le monde des esprits torturés? Dans ce recueil, vous trouverez différentes histoires toutes aussi dérangeantes les unes que les autres, entre le thriller et le fantastique, entre la réalité et l’imaginaire.

Ce que le ver Caro en dit :

Ce qui a tout fait capoter entre nous, c’est le format court, au goût de scène, d’histoire anecdotique sans tout ce que j’aime découvrir broder autour. Le fond, lui, est d’un désespérant sans nom, à lire quand le moral est au top du top sinon je ne promets rien quant à votre état psychologique une fois la lecture terminée. Des récits inégaux sur la balance de mes goûts. Une nouvelle marquante sur le thème de la secte qui m’a beaucoup remuée en ouvrant dans ma mémoire le dossier reportage télé secte du soleil.
Sa force : la beauté de sa couverture.

Sagas des Neuf Mondes

– tome unique –couv71338646Au cœur de notre vaste univers se dresse un majestueux frêne au tronc solide et aux branches vigoureuses sur lesquelles reposent neuf royaumes. Son nom : Yggdrasil.
Ami, prenez place ! En cette froide nuit d’hiver, Bjarni Steingrim, le scalde vagabond du Nord, a fait halte à notre porte pour nous conter l’histoire de ces mondes merveilleux où vivent de puissants dieux, de courageux mortels et d’étranges créatures.
Tremblez devant la colère de Thór ! Indignez-vous des fourberies de Loki ! Partagez la douleur de Freyja… Mais n’oubliez pas : côtoyer les dieux peut s’avérer dangereux.

Ce que le ver Caro en dit :

Cinq nouvelles offertes par un troubadour de chez eux. Si on a dans notre entourage quelqu’un qui est un merveilleux orateur, je pense que cela doit être un réel plaisir que d’écouter ces mythes et s’ouvrir ainsi au monde de la mythologie nordique.
Aux amateurs de récits mêlant dieux, humains ordinaires qui sortiront du lot et géants pas beaux, qui voudraient découvrir comment est le temps par là bas en peu de pages, à travers plusieurs histoires et chercheraient une entrée en matière sur le sujet, accessible, joliment écrite, au ton rieur avant de plancher sur du plus scolaire si la mayonnaise prend ou sur des des fictions plus imposantes. A mon avis, les férus de mythes grecques comme bibi y trouveront un goût similaire et se prendront vite aux jeux des ressemblances.

Notre-Dame des loups

– tome unique –
couv42817103
En 1868, Jack, Würm, Evangeline, Jonas et les autres sont des Veneurs, des chasseurs de loups-garous. Ils ne peuvent plus être définis autrement, ils ont renoncé à tout le reste afin d’accomplir leur devoir : décimer les meutes, protéger les colons, et surtout, pourchasser celle par qui tout a commencé, la légendaire Notre-Dame des Loups.
A travers une Amérique glaciale, battue par les vents et couverte de neige, insensibles au froid, à la fatigue et au découragement, les Veneurs avancent, encore et toujours. Guidés par des chiens de guerre, équipés d’armes crachant des balles d’argent, protégés du Mal par la mystérieuse sorcellerie de leurs amulettes, ils pourchassent, malmènent, et acculent les loups-garous, qui n’ont d’autre choix que les affronter… et mourir.
Mais l’ennemi n’est pas le seul à dissimuler sa véritable nature…

Ce que le ver Caro en dit : 

On saute dans une véritable légende aux allures de western sombre dans laquelle j’ai même trouvé un petit quelque chose d’Anonyme (le papa du Bourbon Kid)! Chaque veneur a son histoire, ses motivations, mais aucun n’est blanc comme neige et chacun à sa façon n’inspire pas confiance. Et si le fruit de la confrérie était lui-même pourri de l’intérieur?! Un roman traité comme un mythe dans son déroulement et surtout dans sa finalité, alternant les points de vue afin de couvrir chacun des protagonistes et réservant à chaque chapitre de drôles de surprises. Un suspens mordant, une ambiance glauque reposant sur de véritables bandits sans foi ni loi qui visent une destruction à la place d’un coffre fort. La petitesse de l’objet serait le problème à souligner. C’est ça quand on aime, on en jamais assez 😀

Cosmographia

– tome unique –couv5471610
Les constellations ne sont pas les seuls messages que le ciel nous adresse. Les étoiles et leurs cycles, dans leur improbable répartition, nous racontent une histoire dont nous sommes les propres acteurs. Nous ne savons pas qui est de l’autre côté de la plume, nous ne pouvons que supposer. Mais si l’univers est en permanente expansion, c’est parce que le récit continue. Mon frère et moi sommes les seuls à pouvoir déchiffrer les secrets célestes. Nous sommes Cosmographes, nous sommes lecteurs d’étoiles.

Ce que le ver Caro en dit :

Un instant volé très important dans la vie de ces jumeaux oracles mis à jour par un graphique synonyme de ravissement des yeux et un style poético-tragique. Le dessin fait se communier à la perfection l’ombre et la lumière, le sombre du monde, des gens et la beauté de ces deux êtres légendaires. Une histoire rapide forcément vu le format mais un véritable conte illustré qui nous rappelle que la vue est plus qu’un outil de lecture. Je ne renie pas pour autant la joie qui m’a habitée lors de ses retrouvailles avec Mathieu Guibé. Pour les adeptes des jolies choses sur tous les plans.

Merci aux éditions du Chat Noir pour ce partenariat

Le couloir des âmes

– tome un –
couv11543786
Claire Porter a 18 ans et vit avec sa grand-mère, Millie, à Staten Falls, la petite ville du Montana qui l’a vue naître et qu’elle n’a jamais quittéee. Elle ne connait pas son père, et sa mère a mystérieuseument disparu depuis huit ans. Claire partage donc son existence entre Millie et Lucas, son seul ami, qu’elle garde égoïstement pour elle et qu’elle ne veut présenter à personne. Aucune ombre ne vient assombrir ce tableau, jusqu’au soir où Millie décède de manière brutale. Peu après, on remet à Claire une lettre grâce à laquelle elle apprend que sa mère entretenait une correspondance avec un homme qui ne signait ses courriers que par les initiales LM et qui réside en France. Claire décide aussitôt de partir sur les traces de cet inconnu. Lucas lui promet de la rejoindre dès que possible. Commence alors pour la jeune fille un long périple dans le monde de la magie noire, semé d’embûches et de dangers, au cours duquel elle découvrira enfin la vérité sur sa naissance, sur ses parents, sur son passé. Autant de secrets qu’elle n’aurait sans doute préféré ne jamais déterrer. Dans cette histoire où le suspense et la terreur vont en un crescendo insidieux, Julie JKR rappelle au lecteur à quel point la curiosité est un vilain défaut.

Ce que le ver Caro en dit :

Un avis quasi à chaud pour faire honneur à mon moment de lecture et non à tout ce que je pourrais critiquer si je prenais le temps de méditer cet écrit. (partagée bien froide par contre l’opinion… mais c’est l’intention qui compte)
Un titre choisi, car offre éclair du jour sur Amazon et nombre de pages plutôt petit, idéal pour cet après-midi de repos en compagnie de mon petit loup qui va faire une sieste.
Une centaine de pages n’a pas été le seul argument d’achat. Le thème de la sorcellerie, des secrets de famille et de la curiosité qualifiée de défaut a eu raison de moi.
Aucunement déçue du voyage, un moment prenant, des pages qui se tournent vite, des indices évidents, d’autres réellement secrets, le petit frisson est au rendez-vous. Une ambiance qui m’a fait penser à mon visionnage d’Hantise, ado.
L’association horreur et douceur est là, car l’humain n’est pas en reste avec notre héroïne en quête de réponses, mais aussi d’amour qui trouvera sur son chemin des gens bienveillants et d’autres moins…
J’étais dans l’ambiance, le tout m’a plu et ce ne sont pas deux ou trois points de détails qui viendront ternir mon ressenti. J’approuve ce titre qui n’a rien de superflu sans pour autant négliger des lieux, des atmosphères ou encore des traits de caractère. Tout y est pour offrir un peu de peur si l’envie nous prend et que notre temps est compté…

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

– tome deux –
couv63290130
résumé

Ce que le ver Caro en dit :

Pourquoi?! C’est ce qui me vient puisque j’ai eu la nette impression d’avoir fait un tour complet en plus sans avoir eu grand chose à réellement me mettre sous la dent. Pire?! Il m’a fait voir les défauts occultés lors de la lecture de son prédécesseur. Comment? En ne me captivant pas, j’ai commencé à faire des parallèles entre les deux forcément et je me suis faite la réflexion qu’un moment peut-être vraiment plus propice qu’un autre pour tel ou tel récit. Autant le premier, bouffé en deux temps trois mouvements au top, autant ici je me suis fixée sur les personnages et un non ressenti à leur égard, sur la complexité du manoir qui m’a semblé brouillonne dans son utilisation et sous exploitée, sur l’intrigue pas hyper folichonne et sans grandes réelles révélations à mes yeux, c’était simple comme trame et sans intérêt aux vues de la finalité et des promesses non tenues du contenu qui s’est offert à nous pendant ces pages qui nous faisaient miroiter des péripéties, du retournement, du palpitant. Ce qui m’ennuie le plus c’est d’avoir poursuivi et de ne pas avoir fini sur une note positive.

Les décharnés : une lueur au crépuscule

– tome unique –
couv43933801
Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu’une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné. Mais le monde bascule dans l’horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang… de sang humain. S’il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l’assaillent intérieurement. Et si cette petite fille, qu’il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ?

Ce que le ver Caro en dit :

Je ne sais dire si c’est mon préjugé : les zombies sont américains qui est en cause ou la faute des descriptions de l’auteur, voire même le combo des deux, mais je n’ai pas eu la nette impression de respirer le Sud pendant mon périple post-apocalyptique aux côtés des morts vivants.
En parlant des méchants, il n’y a pas à tourner autour du pot, je n’en suis pas une adepte. Pourtant, je m’acharne, je les ai déjà rencontrés dans différentes histoires mais rien n’y fait. Une peur profonde que je nie? Leur côté sans cervelle à l’aspect dégueu? Mon traumatisme du film Resident Evil vu au cinéma adolescente? Je ne sais l’expliquer mais je ne les aime pas même quand un des leurs teste l’amour (> Vivants de Marion Isaac).
En plus, ici, nous n’avons pas l’explication du départ de feu, à savoir comment on est passé des hommes à des zombies et cela me chiffonne. Je suis pour que l’on me donne toutes les informations systématiquement afin d’éviter les interrogations une fois l’aventure finie.
Cela s’engage mal on dirait, et pourtant, ce fut un moment sympathique.

Ce chamboulement qui impose à ceux qui restent de prendre des décisions, de se dévoiler de par leur bonté ou au contraire leur unique volonté de survivre m’a passionnée. On en viendrait presque à se demander qui sont réellement les monstres, l’égoïsme et le désir de domination des rescapés faisant son oeuvre salement.
On ne peut rester insensible face à Patrick, qui a tout oublié de l’autre en fait, et qui va devoir s’allier à cette petite fille. Un lien fort va naître, très joli, qui va permettre à ce vieux fermier connard sur les bords d’évoluer, d’oser accepter son fardeau d’avant.
Ce que je déplore malheureusement c’est que l’association « vieux-enfant » est connu, fonctionne toujours, l’innocence, confrontée à la dureté de la vie d’un ancien, qui pousse à faire ressentir de nouveau des émotions à ces êtres broyés par leurs vies.
Une histoire conçue avec des ennemis livresques, c’est une certitude désormais, où tout coule bien, qui se finit logiquement mais qui ne fait pas se relever un mort 😀

Souvenirs volés

– tome 1 –

couv49801375
Perdue dans un monde aux fééries monstrueuses, une ado troublée doit découvrir qui elle est et pourquoi ses souvenirs ont été volés, avant d’être rattrapée par ceux qui veulent sa mort. Elle se choisit le nom de « Memory » et n’a plus qu’un seul but : retrouver le chemin de sa maison où qu’elle puisse être. Mais ces contrées sont étranges, aucune technologie à l’horizon et l’acier est banni, en raison d’un pacte entre les humains et les créatures magiques qui cohabitent dans ce royaume aux codes du passé. Avec son t-shirt et son jean déchiré, Memory sait qu’elle est différente. Hantée par son passé, chassée par un dragon, désirée par le roi et suivie par un mystérieux et beau sauvage qui semble la connaitre, tout le monde est après elle ; et elle suspecte que ce n’est pas juste pour sa tenue décalée. Sa mémoire perdue renferme de dangereux secrets qui remettront en cause tout ce qu’elle connait et menaceront tous ceux qu’elle aime.

Ce que le ver Caro en dit :

Son air de conte prend tout son sens avec le lugubre de l’histoire. En effet, nous avons tous en tête les gentillets récits de Disney, et pourtant les histoires originelles ne sont pas mignonnettes du tout, du tout… Et ici c’est somme toute pareille, nous sommes dans du sombre.

Pour souligner ce choix de genre, on aperçoit à chaque début de chapitre un dessin ainsi que quelques illustrations dans le roman. Cela a eu un effet très nostalgique des livres pour enfants sur ma personne.
On note qu’elles sont de bon goût et très agréables à zieuter. Magnifique taf!

La trame laisse entrevoir une quête d’identité, celle-ci ne sera pas menée de façon psychologique ni conventionnelle comme un Young Adult « classique » qui ouvre une marge de manœuvre plus grande aux pensées. Ici elle sera tout en action, en actes, en avancement via des rebondissements et autres péripéties et surtout elle n’est pas réellement le centre d’attention premier.

Memory n’est pas perdue que dans son esprit, elle n’est pas de ce monde et l’apprivoise tant bien que mal en même temps que le vide immense présent dans sa tête. Mon souhait pour la suite serait de voir plus exploiter l’aspect féérique et ses protagonistes.
Cependant, les contrées sont faciles à imaginer, on les visualise sans problème que ce soit au niveau des lieux ou des gens qui peuplent les endroits visités. Peut-être qu’il manque de fantastique puisque le lecteur se rattache à des choses connues pour peupler sa projection, se basant sur des images d’une époque antérieure.

D’ailleurs  j’ai aimé cet ancien mis en avant de notre univers, et également les personnages tout droit tirés des souvenirs de petits bouts que l’on peut avoir avec ce dragon, ce mauvais roi, cette princesse blonde et cette magie ambiante. Tout comme j’ai apprécié le récent avec notre monde duquel vient Memory et qui a forcément des impacts sur l’intrigue.

J’ai eu un souci de temporalité par contre au moment d’un levé de voile important, mais je sais que ce n’est pas mon fort de cogiter sur ce thème, années écoulées, compréhension d’un temps égrainé différemment. Hormis ce point, l’ensemble est bien construit, avec des surprises, de grosses révélations, de l’intelligence, du doute, de l’amitié, des prémices d’amour, du suspens…

Une légende obscure  qui peut parler au plus grand nombre grâce à l’ancrage de notre monde ce qui apporte unee petite note d’originalité intéressante sans omettre de rester dans les basiques des histoires du soir que l’on a tous connu forcément.

Merci aux éditions du Chat Noir pour ce partenariat