Hugo de la nuit

– tome unique –
couv54036594

« L’oncle d’Hugo allait presser l’interrupteur de la lampe de chevet lorsque l’enfant le retint par la main. – Attends… J’avais encore une question à te poser… – Quoi donc ? sourit son oncle. – Je me demandais… Tu penses qu’un mort, ça peut se déterrer tout seul ? Son oncle écarquilla les yeux pour souligner l’absurdité de la question. – « L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous », dit-il dans un souffle. – Qu’est-ce que ça veut dire ? – C’est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts. Hugo fronça les sourcils d’un air dubitatif. – Et sur ce constat d’épouvante, conclut Oscar dans un large sourire, je te souhaite de beaux rêves ! D’un clic, il éteignit la lampe de chevet. Hugo entendit ses pas s’éloigner dans le noir. La porte se referma sans bruit. Maintenant, la nuit pouvait commencer… »

Ce que le ver Caro en dit :

Là je suis sans voix (si si c’est possible!) devant cet écrit et mon incompréhension totale sur bien des aspects. J’ai été assez étonnée vu le public visé de la dureté de certaines scènes (cadavre, insecte, meurtre violent), de la compagnie majeure d’Hugo à savoir une bande de fantômes totalement abracadabrantesque (qui n’était pas sans rappeler l’esprit déluré du Chapelier Fou et autres personnages décalés du monde d’Alice au pays des merveilles), de la présence d’autres « créatures » que je n’apprécie pas dans l’avancée de l’intrigue et enfin de la chute ou dénouement qui m’a laissée comme deux ronds de flans avec une impression d’absence de cerveau. En bref, je n’ai pas compris pourquoi tout cela pour arriver à un truc qui semble ne pas s’expliquer simplement… FLOP!

Le voyage d’Hermine

1540-1

Conte

Résumé :
Hermine, une adorable tortue coule des jours heureux dans une ferme d’Australie. Pourtant, un matin, une rencontre inattendue vient perturber sa vie si paisible. Désormais elle n’aura de cesse de répondre à cette question : « Qui suis-je réellement ? » Alors, elle se lance dans un périlleux voyage, espérant trouver une réponse auprès des incroyables personnages qu’elle rencontre…

Ce que le ver Caro en dit :

Le temps d’une petite pause, me voici de retour en enfance. Cet album m’a rendue nostalgique, tant il correspond aux souvenirs des lectures que l’on me faisait petite fille dans la bibliothèque de l’école.

J’ai été très émue par l’histoire d’Hermine, petite tortue qui ne sait pas qui elle est et qui se cherche à travers un voyage aux multiples rencontres. Une véritable fable contenant une fort jolie morale sur la différence. C’est un beau texte rempli d’espoir qui nous laisse toute chose, mais avec le sourire.

Au delà de la quête d’Hermine, nous découvrons l’Australie via les animaux qui peuplent cette terre. Tous se présentent et, ce faisant, délivrent de précieuses informations sur eux, sur leurs caractéristiques. Mine de rien, la culture apprécie, surtout que c’est inséré de façon intelligente sans faire bloc indigeste.

Les illustrations sont adaptées au public, tantôt floues, tantôt aux traits précis, elles correspondent parfaitement aux situations mises en scène. Les tons sont idéalement choisis pour exprimer l’atmosphère dans laquelle évolue Hermine. Tout y est pour qu’on s’y projette.

Un album d’apprentissage sur tous les plans puisque, en plus de tout ce que j’ai déjà dit, pendant la lecture, l’enfant doit facilement se prêter au jeu du « pourquoi » que l’auteure anticipe et ce petit livre permet un enrichissement du vocabulaire.

= Je suis conquise du haut de mes vingt-sept printemps et je compte bien en faire profiter, plus tard, mon petit bout.

La mécanique du cœur (en bref)

couv74990660

Conte
155 pages chez J’ai lu

Résumé :
Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve.
Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve…

Points forts :
– un style poétique
– un univers particulier se rapprochant du monde de Tim Burton
– un personnage principal différent, solitaire et attachant
– un joli conte sur la passion amoureuse
– une lecture qui  nous fait faire un retour en enfance où tout n’est que naïveté, innocence et malheureusement cruauté
– un livre magique 

Point faible :
– il ne sera pas au goût de tous

imagesCABRMO8U

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑