Première tombe sur la droite

– tome un –
couv30606900
Charley Davidson est détective privée et faucheuse. Son boulot consiste à convaincre les morts « d’aller vers la lumière ». Mais ce n’est pas toujours si simple : parfois Charley doit les aider à accomplir quelque chose avant qu’ils acceptent de s’en aller, comme retrouver l’assassin de ces trois avocats. Ce qui ne serait pas un problème si Charley ne passait pas son temps à faire des rêves érotiques provoqués par une entité qui la suit depuis toujours… Or, il se pourrait que l’homme de ses rêves ne soit pas mort. Il pourrait même être tout à fait autre chose…

Ce que le ver Caro en dit : 

Je sais, on l’a déjà vu partout et vous vous dites en voilà encore une qui va nous rabattre les oreilles avec des petits cœurs dans ses mots. Déjà ce serait mal me connaître :p et en plus même si je ne vais pas faire dans le ressenti novateur, je vais raccourcir ma chronique au minimum syndical afin d’éviter d’être accusé d’overdose Reyessal …
Je ne vais pas l’encenser autant que certaines copines mais je reconnais que je plussoie sa recommandation aux gens qui sont friands de ce genre ou qui veulent le découvrir avec quelque chose qui a du potentiel puisque ce premier tome cumule tous les ingrédients qui font que forcément cela marche : l’homme ténébreux, la nana qui en a une belle paire (seins ou testicules, les deux fonctionnent, je me gausse de ma boutade à double sens…peu m’en faut aussi faut dire…), le florilège de rebondissements, de répliques bidonnantes, une intrigue propre au livre plus une plus axée sur notre héroïne, que l’on idolâtre à mort parce qu’elle a une vie de ouf trépidante, qui va se poursuivre tout du long. Voilà en gros. Si tu aimes l’esprit de Ghost Whisperer aussi, tu peux te pencher là dessus, je sais oui tout le monde fait la référence mais c’est parce que c’est vrai!
Point de super extra avis, abordant ce roman comme un divertissement, job bien fait, merci l’ami! 

L’héritage de Jack l’Eventreur

– tome 8 –
couv59772628
— Commissaire Workan?? s’enquit la voix féminine au téléphone.
— C’est moi. Que voulez-vous?? dit-il sur la défensive.
— J’aimerais vous rencontrer. Je suis une vieille dame et je me déplace difficilement. Pourriez-vous venir me rendre visite à la pointe du Décollé??
— La pointe du Décollé à Saint-Lunaire??
— C’est cela. Si ça ne vous dérange pas.
— Bien sûr que si, ça me dérange?! Si vous avez des révélations à faire, appelez la gendarmerie locale?!
— Il n’y a que vous qui allez comprendre ce que j’ai à vous dire.
— Vous me surestimez, Madame… Allez-y?!
— Pas au téléphone. Il faut que je… que je vous montre.
— Quoi??

Ce qu’il s’apprête à découvrir dépassera sa raison. Mrs Drummond, la vieille Anglaise, ne l’épargnera pas. Workan se voit plonger dans son propre passé… sous les griffes et le couteau de Jack l’Éventreur.

Ce que le ver Caro en dit :

Un titre aguicheur, une allusion rapidement faite à la possible transmission des gênes du mal et aux descendants du plus célèbre des Jack ^^ Mamma mia!!! J’ai vite vu mon engouement stoppé de plein fouet, donc si c’est cet aspect qui titille votre curiosité, zappez le truc. Pourquoi? Parce que ici il faut vouloir rigoler d’une équipe de bras cassés, rivalisant de stupidités avec pour chef un commissaire piquant à chaque instant, aux comportements et aux remarques aussi parfois What’s the fuck! En clair, cela s’adresse à un lectorat qui veut se payer une bonne tranche de rire à base de n’importe quoi et non une intrigue fouillée à la fin développée. Pour ceux qui veulent tester un nouvel horizon où les abdos sont mis à contribution.
Un titre délirant que l’on pourrait qualifier de nul dans le sens drôle du terme.

La malédiction de Bethany

– tome unique
couv46061130.gifHanté par les cauchemars de la guerre du Vietnam, Evan n’aspire qu’à une chose: la tranquillité. Il espère la trouver en s’installant dans la petite ville paisible de Bethany’s Sin avec sa famille. Mais bientôt d’étranges détails viennent le perturber: les hommes de ce village semblent terrorisés, certains sont même horriblement mutilés. Pourtant aucun ne consent à en parler. La nuit, on entend dans les rues des bruits de sabots et des hommes, toujours des hommes, disparaissent sans laisser de traces. Et si les femmes de Bethany’s Sin dissimulaient un horrible secret? Evan ne pourrait même plus se fier à son épouse ou à sa propre petite fille…

Ce que le ver Caro en dit :

Bethany’s Sin a tout de la petite ville de film d’horreur, charmante la journée, elle revêt un bien différent manteau la nuit et doucement instillera le frisson en nous. Tout doux oui c’est bien le terme si on veut faire référence au rythme lent du départ qui peut commencer à nous faire peiner. Il faut s’accrocher, certes cela ne bouge pas des masses et l’écriture semble « à l’ancienne » ou oldschool, comme a dit Thomas le chasseur qui m’a permis de faire cette découverte d’ailleurs donc merci à lui, mais cela vaut le coup car c’est par ces deux biais que l’atmosphère se forme autour de nous et puis nous y enferme.
Cela pourrait charmer les adeptes du King, ce roman ayant des similitudes évidentes avec ce qu’il propose, ceux qui aiment les schémas d’horreur classiques mais maîtrisés, ceux qui voient en la femme une possible figure qui impose la crainte (folle ^^) et enfin aux lecteurs qui affectionnent le pouvoir persistant des mythes anciens dans un récit d’ambiance.

Lake Ephemeral

– tome unique –
lake-preview-255x367Sera, onze ans, a vécu toute son enfance dans un orphelinat. Mais sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’elle découvre que sa mère biologique est bel et bien en vie et à sa recherche. Conduite à Lake Ephemeral, un domaine résidentiel isolé, pour l’y rencontrer, la jeune ado découvre une communauté en marge du monde. Là, les enfants sont libres de vivre pleinement jeux et aventures au quotidien dans ce paradis naturel.
Mais bien vite, d’étranges détails troublent Sera : on lui refuse toute entrevue avec sa mère malade, les cinq autres jeunes qui cohabitent avec elle ne connaissent rien du monde ni de leurs premières années. Et si l’imposante clôture électrique qui délimite le domaine est bien installée pour les protéger de l’extérieur, pourquoi le terrain est-il infesté de plantes carnivores mortelles ?
Dans les profondeurs du Lac Éphémère, Sera parviendra-t-elle à percer les secrets des sept manoirs ? Parviendra-t-elle à s’échapper ?

Info : traduit par Vincent Tassy
           sorti début février

Ce que le ver Caro en dit :

Lake Ephemeral semble de prime abord un petit paradis sur Terre, mais comme bien souvent il suffit de gratter un peu la surface pour basculer dans le stressant de cette vie en autarcie aux multiples mystères, dans l’étouffant de cette végétation foisonnante et dangereuse, dans l’angoissant du poids de cette prison dorée et de ses réelles raisons d’être maintenue dans l’ombre.
Pourquoi tant de secrets, tant de non dits, de lieux interdits, inconnus même? Une véritable quête de vérité entreprise par une fille puis jeune femme particulière qui ne lâchera rien, qui n’est pas au bout de ses surprises et ce jusqu’à la toute fin.

Un titre pour ceux qui refusent les stéréotypes, qui veulent croire au bonheur infernal :p , qui recherchent un mélange délicieusement ficelé de Young Adult, thriller et science fiction, qui aiment les frissons et cogiter aussi sur le fondement des éléments.
Les maîtres mots seraient ici farfouiller & se rebeller pour tout exposer au grand jour.

Merci aux éditions du Chat Noir pour ce partenariat.

L’évadée

– tome unique –couv49861022Nouvellement diplômées, les étudiantes Zoé et Holli prennent la route pour Las Vegas juste pour décompresser. Pourtant, les choses tournent horriblement mal sur le chemin du retour, et la dernière fois que Zoé voit son amie Holli, celle-ci est aux mains d’un tueur sadique. Zoé parvient à s’évader, mais pour elle, plus rien ne sera jamais comme avant.
Un an plus tard, Zoé est toujours tourmentée par les remords, et se jette à corps perdu dans une enquête de police sur un crime qui ressemble étrangement à son propre enlèvement. Avec l’aide d’un enquêteur zélé, elle retrace ses pas dans l’espoir de retrouver la mémoire, de découvrir ce qui s’est passé dans le désert durant cette nuit fatidique et aussi d’obtenir que justice soit faite pour Holli. Son ravisseur, surnommé « le Numéroteur » par des médias fascinés, est à l’affût de Zoé. Pour lui, elle n’est pas une survivante, mais simplement celle qui s’est échappée.
L’évadée nous offre une héroïne inoubliable, un psychopathe effroyable et profondément perturbé, ainsi qu’un récit mené tambour battant. L’auteur à suspense, Simon Wood, est ici au sommet de son art.

Ce que le ver Caro en dit :

!!! alerte roman dit « téléfilm »
C’est bien simple, tout est dit dans le résumé, ne t’attends à rien de plus qu’à ce que cette histoire laisse entrevoir et qui semble si bien coller à des trames de films qui se regardent dans l’après-midi où le suspens est moindre et pendant lesquels les neurones se détendent.
Je crois que la dernière partie du synopsis un fait un peu trop… parce que bon « inoubliable », « effroyable », « perturbé », « tambour battant », ça y est peut-être mais genre une pincée comparé à d’autres de mon tableau de chasse. En somme, à tenter quand on découvre le genre, ou qu’on affectionne le « soft ». Un moment classifié sympa, qui passe le temps.

Merci à la plateforme Netgalley ainsi qu’aux éditions Amazon crossing pour ce partenariat

Le camp

– tome unique –
fleuve%20le%20camp%20nicolas
Un homme sort de terre, décharné, nu, un collier de métal autour du cou. Rassemblant ses dernières forces, il escalade un grillage et fuit, enfin libre. Le lendemain, il est retrouvé mort.
Six ans plus tard. Flora emménage dans la maison familiale au lieu-dit La Draille. Cyril est venu l’aider, et Marie, sa compagne, doit les rejoindre le lendemain. Mais à son arrivée, Cyril et Flora ont disparu. Le village est désert. Vidé de tous ses habitants au cours de la nuit.
L’armée, une horreur indicible et la lâcheté des hommes séparent désormais Cyril et Marie.

Ce que le ver Caro en dit :

Une couverture et un résumé terriblement alléchants, tout en questions. Mon esprit avait déjà fait des suppositions à n’en plus finir et pourtant je me suis lamentablement ramassée. Cela aurait pu être une mauvaise surprise, surtout quand on prend conscience du terme science fiction accolait à ce titre. Mais non! Tout a été délicieusement noir d’humanité, stressant, flippant dans tout ce que cela nous met devant les yeux quand comme moi on transpose à notre réalité. Dommage que les dernières pages ne mettent pas fin à l’ensemble et laisse une porte battant au vent. Le camp, concentrez-vous sur ce mot et si ce qu’il véhicule vous parle, allez-y!

Notre-Dame des loups

– tome unique –
couv42817103
En 1868, Jack, Würm, Evangeline, Jonas et les autres sont des Veneurs, des chasseurs de loups-garous. Ils ne peuvent plus être définis autrement, ils ont renoncé à tout le reste afin d’accomplir leur devoir : décimer les meutes, protéger les colons, et surtout, pourchasser celle par qui tout a commencé, la légendaire Notre-Dame des Loups.
A travers une Amérique glaciale, battue par les vents et couverte de neige, insensibles au froid, à la fatigue et au découragement, les Veneurs avancent, encore et toujours. Guidés par des chiens de guerre, équipés d’armes crachant des balles d’argent, protégés du Mal par la mystérieuse sorcellerie de leurs amulettes, ils pourchassent, malmènent, et acculent les loups-garous, qui n’ont d’autre choix que les affronter… et mourir.
Mais l’ennemi n’est pas le seul à dissimuler sa véritable nature…

Ce que le ver Caro en dit : 

On saute dans une véritable légende aux allures de western sombre dans laquelle j’ai même trouvé un petit quelque chose d’Anonyme (le papa du Bourbon Kid)! Chaque veneur a son histoire, ses motivations, mais aucun n’est blanc comme neige et chacun à sa façon n’inspire pas confiance. Et si le fruit de la confrérie était lui-même pourri de l’intérieur?! Un roman traité comme un mythe dans son déroulement et surtout dans sa finalité, alternant les points de vue afin de couvrir chacun des protagonistes et réservant à chaque chapitre de drôles de surprises. Un suspens mordant, une ambiance glauque reposant sur de véritables bandits sans foi ni loi qui visent une destruction à la place d’un coffre fort. La petitesse de l’objet serait le problème à souligner. C’est ça quand on aime, on en jamais assez 😀

La voix du sang

– tome un –
couv48704666
Il y a deux cents ans, une famille loyaliste fuyait en Angleterre pour échapper à la guerre d’Indépendance américaine, avant de disparaître, semble-t-il corps et biens.
Généalogiste américain chevronné, Jefferson Tayte est engagé par les descendants pour découvrir ce qu’il est advenu de leurs ancêtres. Mais en se lançant, à travers la Cournouailles, sur les traces de la lignée Fairborne, Tayte est loin d’imaginer la terrible vérité que ses recherches vont révéler : le destin tragique d’une jeune fille, un coffret énigmatique recelant un sombre secret, et une longue série de crimes perpétrés par-delà l’Atlantique et le temps.
Tayte n’est cependant pas le seul à enquêter : quelqu’un d’autre cherche les mêmes réponses et ne reculera devant rien pour les trouver. Quand on exhume l’histoire d’une famille, on réveille fatalement les liens du sang…

Ce que le ver Caro en dit :

Un mystère familial ancien nous offre une alternance présent passé au poids lourd, à l’atmosphère pesante. Quelque chose de terrible s’est passé, c’est une évidence, mais quoi, comment, qui. Tant de questions auxquelles va devoir répondre Jefferson Tayte, notre personnage principal. Il se range dans la catégorie des héros malgré eux très attachants, un peu nounours dans l’attitude. Il veut juste faire son boulot, mais voilà cela va se corser, on va tenter de le stopper. Il n’en fallait pas plus pour le convaincre qu’il doit aller au bout des choses. C’est lui qui m’a le plus captivée dans cette lecture, j’ai trouvé intelligent de mettre en avant ce métier fascinant, il porte cette casquette de généalogiste à la perfection et je le retrouverai avec grand plaisir. On ne va pas se le cacher, même si j’ai adoré mon moment de lecture, on peut rapprocher ce titre de cette fameuse case « livre téléfilm ». L’intrigue tient le coup, les rebondissements, révélations aussi, aucun reproche direct puisque j’y est été plus que bien, c’est juste que l’ambiance, l’avancée des choses, est propre aux histoires de l’après-midi.

Merci à la plateforme Netgalley ainsi qu’aux éditions Amazon crossing pour ce partenariat

Cosmographia

– tome unique –couv5471610
Les constellations ne sont pas les seuls messages que le ciel nous adresse. Les étoiles et leurs cycles, dans leur improbable répartition, nous racontent une histoire dont nous sommes les propres acteurs. Nous ne savons pas qui est de l’autre côté de la plume, nous ne pouvons que supposer. Mais si l’univers est en permanente expansion, c’est parce que le récit continue. Mon frère et moi sommes les seuls à pouvoir déchiffrer les secrets célestes. Nous sommes Cosmographes, nous sommes lecteurs d’étoiles.

Ce que le ver Caro en dit :

Un instant volé très important dans la vie de ces jumeaux oracles mis à jour par un graphique synonyme de ravissement des yeux et un style poético-tragique. Le dessin fait se communier à la perfection l’ombre et la lumière, le sombre du monde, des gens et la beauté de ces deux êtres légendaires. Une histoire rapide forcément vu le format mais un véritable conte illustré qui nous rappelle que la vue est plus qu’un outil de lecture. Je ne renie pas pour autant la joie qui m’a habitée lors de ses retrouvailles avec Mathieu Guibé. Pour les adeptes des jolies choses sur tous les plans.

Merci aux éditions du Chat Noir pour ce partenariat

Dewey

– tome unique –
couv17791398Comment un chat abandonné est-il devenu le symbole de l’Amérique d’aujourd’hui ? Comment a-t-il pu redonner vie à des dizaines d’enfants ? C’est cette histoire vraie, émouvante et rocambolesque que nous conte l’auteur.
Par un matin d’hiver, Vicki Myron, attirée par des cris déchirants, découvre un chaton frigorifié dans la boîte aux lettres de la bibliothèque où elle travaille. Après l’avoir réchauffé, Vicki et ses collègues, conquis, décident de l’adopter. Dewey deviendra vite la mascotte de la bibliothèque et l’emblème de la ville de Spencer. Pendant 19 ans, Dewey, grand amateur de cheesebugers, d’ailes de poulet et fan de télévision, va révolutionner cette petite ville ! Il va apprendre à sourire aux enfants handicapés, attendrir les hommes d’affaires…
et devenir le chouchou des médias, au point que les télés du monde entier viendront le filmer ! Vicki Myron, la bibliothécaire qui a partagé sa vie, nous raconte l’aventure extraordinaire de ce chat hors du commun. Dewey est décédé en 2006 d’une tumeur à l’estomac.

Ce que le ver Caro en dit :

On le sait avant même d’ouvrir le livre que l’on va verser des larmes à la fin. Même si Dewey Readmore Books a eu une longue vie, que l’on va découvrir dans son intégralité, qu’il a été un gros matou chouchouté, et bien on s’attache, donc on pleure sa perte. C’est bête comme chou.
Ce titre est fait pour les amoureux des livres qui nourrissent aussi un amour certain pour les chats. Les parents de petites bêtes à poil y retrouveront des comportements similaires aux leurs, des anecdotes rigolotes, des passions félines. Dewey en est la star, mais gravitent autour de lui, deux autres personnages centraux, à savoir sa maman d’adoption, l’auteur, Vicki Myron, qui connait une vie personnelle difficile, et la ville toute entière de Spencer, qui l’a accepté dans les murs de son antre livresque. Une petite longueur de temps à autre au goût d’Iowa un peu trop prononcé peut-être à souligner. Mais l’ensemble reste une magnifique histoire de chat rayon de soleil qui n’a pas révolutionné le monde mais a fait changer bien des gens de par son existence.

PUMP IT UP

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑