Le secret des marais

-tome unique-
couv47255123
Le travail est devenu un refuge pour Evangeline Theroux, jeune inspectrice de police à La Nouvelle-Orléans. Terrassée par la mort soudaine de son mari, mal à l’aise avec son bébé de cinq mois qu’elle aime pourtant de tout son cœur, elle se jette à corps perdu dans une enquête de premier plan.

Ses recherches sur le meurtre d’un célèbre avocat la conduisent alors dans le bayou. Les jours passant, l’enquête piétine quand les étranges révélations d’une femme éclairent les faits d’un jour nouveau. A l’en croire, cet homicide et plusieurs autres seraient l’œuvre d’une illuminée persuadée d’être investie d’une mission divine. Perplexe, Evangeline accepte finalement l’aide de Declan Nash, agent du FBI, un homme sensible à l’esprit brillant, mais apparemment marqué par un passé douloureux. Un homme qui, malgré elle, lui redonne peu à peu goût à la vie.

Mais lorsqu’un terrifiant coup de théâtre place soudain son petit garçon au centre de l’affaire, tout change. Désormais prête à tout pour protéger son enfant, Evangeline décide de tout risquer, y compris sa carrière, afin de découvrir la vérité. Sans imaginer que celle-ci la touche de près et va venir tout bouleverser, y compris sa propre identité.

Ce que le ver Caro en dit :

Evangeline Theroux à un surnom à l’image de ce que pense tout le commissariat : le glaçon. Elle ne vit que pour son boulot depuis qu’elle est devenue veuve, et même si elle s’occupe bien de son enfant, elle ne sait l’aimer correctement. Quelque chose bloque. J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour notre inspectrice et pour le tragique de sa vie. Forcément ma nouvelle vie de maman n’y est pas étrangère et j’ai beaucoup aimé l’évolution de cet aspect au fil du temps. Le questionnement est intéressant, non dénué de sens et nous aide à la comprendre. Si je devais lui reprocher quelque chose, ce serait son petit côté cliché de femme invincible devant les autres, froide et têtue de surcroît.

Ah le bayou, rien que le terme implique déjà une ambiance chaude et moite. On dit merci à ce synonyme de marécages, de maisons à l’écart avec véranda en bois et moustiquaires & d’animaux pas forcément ragoutants. Oui, oui, oui ^^

En parlant de demeure, ce titre s’ouvre sur un prologue entre ce type de murs, dans une ambiance digne d’un bon film d’horreur avec en fond le mal qui possède les gens, une secte & des enfants aux propos étranges… *rire diabolique & grincement de parquet bonjour*
Endroit insolite qu’on affectionne aussi et qui apparaît : l’hôpital psychiatrique! Miam miam la folie j’en reprends encore et encore!

L’atmosphère de départ fout les jetons mais s’évapore pour ne « laisser » qu’une pesanteur tout du long et revenir en force dans les grands moments de stress intenses & finaux.

Un schéma classique pour un thriller que j’appelle téléfilm. De la peur, de la course, de l’amour, des révélations (peu plausibles au niveau du dénouement à mon avis) mais qui passent toujours dans cette sorte de récit.
Bref, il est visuel, bien mené et avec une héroïne qui va me manquer mais l’ensemble reste gros quand même.
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :