Romain

couv26799334

Romance

Résumé :
Le monde étrange dans lequel grandit Germain Crèvecœur est peuplé de silences, de secrets de famille, de chaussures usées qu’on adule, d’une Chinoise édentée cachée dans un placard et d’une tapisserie légendaire. Prisonnier de Romain et d’Édith – un père à la folie fétichiste et une mère à l’amour excessif –, Germain cultive sa différence et recherche dans l’amertume de sa jeunesse le bonheur et la force d’aimer. Son incroyable parcours fascine, de son enfance à son adolescence, de son apprentissage à la découverte de la sensualité, de l’horreur de la mutilation à la magie de la création. En cela, Romain a marqué son fils de son empreinte indélébile. Entre passions et intrigues familiales, la saga des Crèvecœur est un hymne à la beauté féminine autant qu’un voyage dans le cœur meurtri d’un homme à la sensibilité unique, qui pensait soigner son âme au fond d’une bottine pour dame.

Info : deuxième tome

Ce que le ver Caro en dit :

Mon avis ne va pas beaucoup différer de celui publié pour le premier tome.

J’ai de nouveau trouvé le début un peu lent, je n’étais pas totalement subjuguée par ce qui se déroulait devant mes yeux, et puis est arrivé le passage sur la vieille Chinoise citée dans le résumé, et là c’était parti. Je me suis retrouvée embarquée dans la folie de Romain qui est très bien dépeinte, et par le questionnement de Germain qui ne comprend vraiment pas comment on peut en arriver à penser comme le fait son père. Une famille très particulière nous a ouvert ses portes, elle est malmenée par le quotidien, on y assiste sans pouvoir se prononcer sur la bonne marche à suivre pour arranger les choses. Malgré tout, beaucoup d’amour se dégage de la relation de Germain et de sa maman qui n’est pourtant pas habituelle, car trop intense.

Tout va être remis en cause et ouvrir une nouvelle porte à l’intrigue où Germain est l’acteur principal. Du coup, le titre peut paraître un peu traître dans le sens où Romain est absent de la moitié du roman. Cependant, nous avons vu toute la puissance de sa démence et c’est ce que j’attendais de découvrir je ne suis donc pas déçue de la tournure des événements.

Et malgré tout, Romain a une influence sur les actes de son fils et sur sa façon d’être vis-à-vis des autres.

La femme tient une place particulière dans cette série grâce aux chaussures, elle est mise sur un piédestal ^^ et les images qui s’offrent à nous sont sublimes, et très poétiques. Il y a beaucoup de sentiments à ce niveau et pourtant, quand il s’agit de relations, que ce soit amoureuse ou autre, il est complètement perdu. On sent la puissance de son passé ancré en lui, il l’empêche d’être « normal », mais il sait se montrer attachant à sa façon.

Des êtres particuliers, détruits, différents, dans un univers bien à eux, qui se révèle alambiqué, labyrinthique (comme leur maison totalement raccord avec leur vie) et complexe, lèvent doucement le voile sur eux via les lettres de Germain laissées à son fils Raphaël.

= Cela ne rappelle rien de connu en matière de titres sur les secrets de famille, cela se distingue des trames prisées par les auteurs et même le style classique appuie l’originalité de cette série.

Merci à Antonia Medeiros & aux éditions La Bourdonnaye pour ce partenariat

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :