Purgatoire des innocents

couv50638274
Thriller

Résumé :
Je m’appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.
« Je m’appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là… »
Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer.
« Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit… »

Ce que le ver Caro en dit :

Par où commencer… Karine Giébel mérite qu’on lui voue un culte, c’est aussi simple que cela. Après l’histoire de Marianne de Meurtres pour Rédemption, ici j’ai pleuré pour celle de Raphaël.

Raph et son frère Will offrent une image de la fraternité terriblement belle et forte, relation accentuée par des flashback, qui nous les rendent attachants. Oui, ce sont des vilains puisque ce sont des voleurs mais au fond, leur cœur est pur car empli d’amour.

Ils trouvent un refuge mais celui-ci n’est pas comme Raph se l’imaginait, loin de là…
L’ambiance va s’alourdir de page en page pour déboucher sur de l’insoutenable. Que de souffrances, de douleurs, partout, tout le temps. La noirceur de l’âme humaine apparaît au grand jour et elle a le visage du diable.

Sandra est une jeune femme que l’on sent instable, on ne sait pas pourquoi, mais les zones d’ombre de son passé vont peu à peu s’éclairer pour nous révéler des atrocités, de la destruction.

J’ai tellement aimé que je n’ai pas envie de trop en dire.

Vous devez juste savoir que c’est bouleversant, terrifiant, surprenant, saisissant, violent, horriblement bon et que quand on le lit, une fascination morbide nous saisit.

= Madame Giébel est une déesse française du thriller qui a toute mon admiration.

Publicités

8 commentaires sur “Purgatoire des innocents

Ajouter un commentaire

  1. J’ai peur de lire du Giebel… autant j’ai littéralement adoré Juste une ombre, autant j’ai abandonné Meurtres pour Rédemption à la moitié du roman, je suis donc sceptique :/

    J'aime

    1. Je ne peux malheureusement pas t’aider à te décider si oui ou non tu dois retenter le coup puisque je n’ai pas encore lu Juste une ombre et je voue un culte pratiquement à Marianne de Meurtres pour rédemption 😦 Donc je reste sceptique aussi pour toi.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :