L’Edit d’Alambrisa

couverture-2

 

Fantasy
712 pages chez Monde Premier

Résumé :
À l’issue d’une ère de guerres sanglantes, les Hommes sont parvenus à développer une civilisation aussi pacifique que prolifique. Tellur est un monde en Paix, un rêve devenu réalité au prix de sacrifices incommensurables… et grâce à l’Édit d’Alambrisa. Plus de trois-mille six-cent ans après la rédaction de l’Édit d’Alambrisa, Sicara Narki accède au prestigieux statut d’Apprentie et intègre le lieu de formation des Mages les plus puissants de Tellur, sous l’égide du plus mystérieux des professeurs. Mais elle est loin de mener au Conservatoire la vie studieuse et sereine à laquelle elle a toujours aspiré. Une série de drames sans précédent vient perturber la Paix d’Alambrisa et très vite, l’Apprentissage de Sicara prend une tournure inattendue et dangereuse qui changera du tout au tout le cours de son existence… et peut-être même la civilisation de l’Édit tout entière.

Avis :
Il y a des livre pour lesquels un mot suffirait à faire comprendre toute leur force. Ici, le terme qui saute aux yeux une fois la dernière page tournée est « complet » et ce sans hésitation aucune. Tout y est et j’avoue que je pourrais stopper ma chronique là car tout est dit, mais ce sera mal me connaître 😉

Ben oui, j’aime bien papoter et surtout en dire plus sur un écrit qui mérite que je provoque de l’envie chez vous.
Je l’ai lu dans son intégralité et cela a un avantage certain : le temps joue en sa faveur puisqu’en passant de longues heures avec lui, on ne peut que s’attacher fortement aux personnages qui, pour ne rien gâcher, sont travaillés en profondeur. On en viendrait même à croire qu’on fait, nous aussi, partie de ces gens évoluant à Alambrisa.

Quitter cet univers décrit avec soin fut un réel déchirement, j’y ai laissé une petite larme, je le reconnais, tant je m’étais investie dans ces lignes.
Histoire qui tient la route via une intrigue maîtrisée et surtout un coupable insoupçonné, point qui ne peut que me combler.
Mais ce titre, ce n’est pas que complots et machiavélisme, c’est effectivement le fil rouge mais il est étayé par de jolis sentiments et un quotidien au cœur d’une institution qui apprend à gérer le Don à ses élèves.

Qu’est-ce que c’est exactement ? On ne le sait pas exactement et la curieuse que je suis aurait aimé plus d’informations sur ses origines. Cependant, on comprend avec le récit en quoi il consiste et à quoi il peut servir.
Alors certes, cela reste flou mais la mythologie de tout l’univers n’en souffre pas. Elle est riche, elle appartient à un monde au règlement bien établi, aux coutumes bien ancrées et elle est compréhensible. Ce qui n’est pas négligeable pour quelqu’un de novice en fantasy, comme moi, qui ai toujours peur de m’y perdre entre les noms, les lieux, et tout le reste. D’ailleurs, petite aparté sur les décors qui sont sublimes.

Les paysages nous apparaissent facilement, les lieux ont des odeurs, des couleurs, une beauté particulière et ont tous, selon la région, des spécificités. Tout est bien distinct et même si l’on n’est pas un as en géographie, comme moi, on parvient à se situer.

On traverse, aux côtés de Sicara, de bons moments ainsi que de sombres minutes. Elle mérite qu’on s’intéresse à elle, c’est une jeune femme unique aux multiples ressources, aux grandes valeurs, qui veut toujours bien faire. Comme, par exemple, enquêter sur ce qui cloche dans sa ville afin que tout revienne à la normale.
La base est classique : une héroïne venant du quartier des démunis se retrouve aux côtés d’un homme un peu par hasard, qui est aux premiers abords froids et sans cœur, face à une menace qui pèse sur leur monde. Bien entendu, vous vous en doutez, c’est une façade qui va s’effriter pour dévoiler de lourds secrets. Il n’en reste pas moins dès le départ très charismatique.
On retrouve aussi des péripéties vécues avec des amis qui apportent un soupçon de folie en faisant les quatre cents coups.

Le rythme nous pousse à toujours vouloir tourner les pages.
Dans sa globalité, l’intrigue est terriblement efficace, on entrevoit, on suppose, un nouvel événement arrive et on recommence à se poser des questions. À chaque situation inextricable, l’auteure nous sort un petit lapin de son chapeau et c’est reparti pour un tour, et ce jusqu’à la toute fin.

On s’y croirait grâce au style de l’auteure qui se veut accessible même aux plus novices du genre qui, malgré leur peur, s’investissent pleinement. Je sais de quoi je parle puisque je suis dans ce cas 😉

Des points négatifs ? Oui, deux. L’un d’ordre textuel, en effet il y a encore quelques corrections à apporter mais rien non plus d’insurmontable pour le lecteur. Le second concerne le Don, comme je le disais plus haut, qui aurait mérité d’être plus étoffé.

imagesCASQB5RR
Je suis émerveillée devant cette œuvre, je le reconnais.

Remerciements :
Aux éditions du Monde Premier pour ce partenariat
Leur blog

Publicités

10 commentaires sur « L’Edit d’Alambrisa »

  1. Coucou, ça y est j’ai réussi à me prendre 2 min pour lire ta fameuse chronique sur ce livre après quelques semaines où on en a parlé.
    Effectivement, j’ai bien hâte de le découvrir voir un peu, d’ici 15 jours ça devrait être faisable mais j’ai 2 priorités avant.
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou!
      Et moi hâte de voir si tu me rejoins dans mon avis ou non. J’avoue avoir eu un réel attachement pour cet écrit, il a su me percuter & rester dans ma mémoire. Un titre lu auquel je mets la mention PUMP IT UP sans souci 😉
      Bonnes lectures prioritaires!
      Je t’embrasse.

      Aimé par 1 personne

      1. Y en a une que j’ai abandonné et l’autre je suis à fond alors même que l’héroïne à. … 16 ans hey hey
        Je ne sais pas quoi faire avec l’abandon…chronique ou pas ?!?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s