Le syndrome Copernic

couv59731840

Thriller
508 pages chez J’ai lu

Résumé : 
Un matin d’été ordinaire, trois bombes explosent dans une haute tour du quartier de la Défense. Toutes les personnes qui étaient entrées dans le gratte-ciel périssent dans l’effondrement. Toutes, sauf une. Vigo Ravel, quelques minutes avant l’attentat, a entendu des voix dans sa tête qui lui ordonnaient de fuir. Et il a survécu. Il comprend alors qu’il détient un secret qui pourrait changer la face du monde. Mais il ne suffit pas de connaître un secret, si grand soit-il. Encore faut-il en comprendre l’origine. Qui sont ces hommes qui le traquent ? Quelle énigme se cache derrière le Protocole 88 ? Que signifient les voix que lui seul semble pouvoir entendre ? Il est des mystères qui valent tous les sacrifices. Même celui de l’âme.

Avis :
Sans volonté aucune, ce titre fait écho aux événements dramatiques qui viennent de se produire. L’ambiance réelle se fond du coup parfaitement avec celle qui s’offre à nous dès les premières pages.

Un attentat, un seul survivant, cela a de quoi surprendre et nous pousser à nous poser tout un tas de questions. Cela mène aussi à un lot d’hypothèses très tordues si on ajoute à cela le côté schizophrène probable de notre homme. En somme, cela sent le bon thriller…

Vigo est un homme qui ne sait pas trop qui il est, ce qu’il  veut… Il sait juste qu’il n’a réussi à survivre que grâce à des voix dans sa tête. Cela sent le fou à plein nez, je vous le concède, mais est-on certain que ce qui paraît évident est la réalité ? Là est toute la problématique de ce livre. Le suspense est là et ne va s’échapper. Malheureusement, je me sens dans l’obligation de râler quant au dénouement : comment nous offrir autant de richesses et ne pas prendre le temps de les mettre en valeur ? Beaucoup d’interrogations nous restent sur le cœur et je n’affectionne pas particulièrement d’être ainsi laissée dans le doute.
La fille qui aime s’inventer des scénarios défiant l’entendement n’est pas contente !

Cependant, on ne peut lui ôter cette force qu’il possède de faire cogiter le lecteur sur notre société et sur tout ce que l’on nous cache…

Vigo tient des carnets Moleskine où il note ses idées, ses recherches bien précises sur certains thèmes tels que celui de l’avenir de l’homme qui sonnent terriblement juste. Ses discours font souvent mouche, il a une réflexion intelligente et philosophique qui peut parfois nous perdre, je le reconnais. J’ai parfois moi-même décroché un peu selon les théories avancées.

Dès que Vigo commence à vouloir savoir et à comprendre ce qui s’est passé, il se retrouve à courir partout. Malgré ce rythme effréné que semble adopter notre protagoniste, l’intrigue s’installe en douceur, ouvre petit à petit des portes vers des domaines scientifiques très poussés qui, forcément, ont demandé beaucoup d’investigations de la part de l’auteur. Pour vous donner un aperçu de quoi il retourne, nous parlons ici cerveau, surtout sous plusieurs aspects.

L’autre talent de Loevenbruck est d’avoir un don pour dépeindre en plus des lieux, les gens et leurs sentiments. On a cette conviction de les connaître, de les savoir exister quelque part. Cette proximité ressentie est très agréable.
Paris s’ouvre à nous tout du long avec beaucoup de précision : on voit, on sent, on déambule de ci de là et on se voit même convier à une petite escapade tout aussi bien faite.

Fatalement, comme cela arrive parfois, c’est un thriller qui part sur d’excellentes idées avec des bases intrigantes mais ne parvient pas à les exploiter au maximum…

PS : je suis née en 88 et je peux sembler folle, je m’inquiète ou non ;D

Mes comparses :
Astrid
Marlène
Fann

qui-maime-me-suive

Publicités

10 commentaires sur « Le syndrome Copernic »

  1. Je pense qu’il pourrait me plaire même si ces non réponses aux questions semblent donner une côté inachevé à ce roman. L’idée et les réflexions me semblent bonnes, alors pourquoi pas! 🙂

    J'aime

    1. Effectivement tout le processus est très bon, la fin quant à elle doit avoir des adeptes puisque tous les goûts sont dans la nature 😉
      Peut-être qu’avec toi elle fonctionnera, en tout cas je te le souhaite si tu te lances.

      J'aime

  2. Je n’ai rien lu de lui à part Serum qu’il a écrit avec Fabrice Mazza. Et je te le dis femme de ma vie, Serum a été un coup de coeur du premier ordre de la base. La saison 1 intégrale (oui c’est écrit sous forme d’épisode et France Loisirs m’a joyeusement fait acheté l’intégrale de la saison 1) est juste parfaite. Du moins, je pense, en tant que ta psychopathe attitrée, qu’il y a de grandes chance que tu kiffes la chose. Oui vraiment. Pour de vrai.

    Ouais mon commentaire est inutile parce qu’on dirait une schizophrène qui n’a pas prit ses cachets mais je persiste…LIS SERUM !

    PS : J’ai appris qu’il comptait sortir la chose en série TV…Je dis ça je dis rien.

    J'aime

    1. Je n’ai lu que le premier épisode qui m’avait laissée un sentiment de flou, j’ai le deuxième dans ma PAL mais je n’ai toujours pas pris le temps de m’y pencher.
      Il serait temps vu ce commentaire que je m’y mette sinon je ne donne pas chère de ma peau une fois que tu auras découvert ma réponse à ton commentaire…
      C’est justement ce genre de posts que je préfère mais tu le sais déjà, tu ne me connais que trop bien.
      PS bien pris en compte ma petite dame tueuse 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s