Le manuel du serial killer

couv28672894

Thriller
462 pages chez Hachette

Résumé :
Dans deux heures ou trois heure tout au plus, ce garçon sera mort.
Je vous raconte la suite ?
Les hululements de douleur du môme qui se tient le ventre à deux mains ?
Ses convulsions sur le sol de la cuisine familiale ? Les cris de la mère qui découvre son fils déjà quasi exsangue ? Raide comme une batte. Vidé ou presque de son sang, écrasé comme un petit cafard sur le carrelage immaculé.
Les yeux du gamin ont cessé de papillonner. Le coma ne va pas tarder à l’emporter. Même avec la meilleure volonté du monde, le médecin ne sera pas sur place avant plusieurs minutes. Et, sans soins immédiats, il va …
Alors, je vous la raconte ou pas, cette suite ?
Non.
Je vais plutôt vous parler de moi. C’est ça, de moi seul.
La mort est en moi. Là, dans ma tête. Elle y a toujours été comme chez elle.

Avis :
La première page nous annonce que nous détenons un document classé confidentiel. Ou comment aiguiser ma curiosité en me laissant penser que rien ne nous sera épargné. On nous fait miroiter de l’inédit, on nous met dans la confidence et ça, j’adore.

Pourtant, le prologue m’a posé un petit problème au niveau du style. Ces quelques pages me paraissaient écrites d’un ton étrange, mais ensuite : en route pour l’immersion totale dans cette histoire de dingue.

Nous devenons Tom le temps de cette lecture, un jeune étudiant à Harvard avec un défaut physique qui attise les moqueries et fait de lui quelqu’un de solitaire. Je l’ai trouvé vite attachant de par sa gaucherie avec les autres et sa façon de voir le monde.

On va lui offrir la possibilité de sortir de son cocon mais s’agit-il d’une offre innocente… ?
Est-ce lui le tueur ou se joue-t-on de nous ?
Est-il schizophrène ?
Tom souffre-t-il de folie ou fait-il l’objet d’une machination ?
Tant de questions et encore plus de solutions voient le jour dans mon esprit.
L’auteur sait jouer avec nos nerfs en semant des indices, nous faisant tantôt pencher pour « Tom le cinglé », puis une information est jetée l’air de rien et on se retrouve avec « Tom la victime ».

Sophie, sa partenaire forcée, n’est pas des plus jolies mais elle possède une grande intelligence qui tranche avec son manque de confiance en elle qui disparaît lorsqu’elle est en territoire connu.
Cependant, elle paraît trop sympa ! Et ça, c’est louche… ou pas…

L’institution où Tom réside dévoile ces capacités intellectuelles. Il évolue dans un lieu prestigieux et idyllique pour les lecteurs, en tout cas pour moi c’est sûr.

Mon côté « je suis fascinée par les tueurs en série » est comblé. Cette œuvre contient des passages très précis et intéressants sur certains noms et donc hommes qui me captivent jusqu’à me perdre totalement dans ces chapitres.

L’auteur continue à toucher ma corde sensible en nous contant dans ces pages une anecdote qui se révèle, après recherches, vraie sur un crime perpétré au sein même de l’Université d’Harvard, s’il vous plaît ^^

Très vite, l’histoire  nous captive et nous fait imaginer un tas d’hypothèses, et plus on avance, plus leur nombre augmente. Les neurones sont mis à rude épreuve et le moindre détail titille notre esprit pour ajouter encore davantage de suppositions. L’imagination de l’auteur est immense et farfelue. On a peur qu’il ne puisse répondre à toutes nos interrogations. Et puis il y a cette sensation de petits couacs.
Parviendra-t-il, me demanderez-vous, à tout éclaircir ? Eh bien oui, et d’une façon inattendue, inimaginable, bluffante, perturbante, qui clairement, au final, m’a mise en souffrance.

Je me suis sentie blessée par ces révélations, comme si j’avais été prise en traître, c’est très étrange d’avoir ce ressenti pour un livre mais c’est ainsi que je me l’explique, je ne vois pas d’autre façon de l’interpréter.

Ver 3
Je ne sais donc pas me prononcer vraiment sur ce roman, mais avec le recul il est une évidence : il mérite qu’on s’y penche afin de constater l’ampleur des dégâts par soi-même.

Ma comparse :
Fann

challe19

qui-maime-me-suive

Publicités

10 commentaires sur « Le manuel du serial killer »

    1. Merci ma Fann chérie! J’y ai passé du temps et c’est avec ce genre de chroniques que tu te rends compte qu’il est bon de prendre des notes et de garder précieusement les échanges du QMAMS ^^
      Je t’embrasse.

      J'aime

    1. Je suis contente de te voir gonfler les rangs des ressentis paradoxaux 😉
      Le temps passant, je l’aime de plus en plus et je sais d’ores et déjà que je le relirai un jour afin de voir comment est la lecture quand on connait la finalité.
      Bisous.

      J'aime

    1. Effectivement je pense que tu vas devoir en passer par là ;D
      Elle n’est pas innocente cette conclusion ^^ Je souhaite que les gens le découvrent pour voir comment eux vivent cet instant et encore plus les copinautes afin qu’on en papote ❤

      J'aime

  1. Intéressant ! Si tu veux un livre fascinant, je te conseille Un tueur sur la route de James Ellroy (l’auteur du Dahlia noir). Je n’ai pas encore lu mais je sais qu’il est impressionnant. C’est raconté à la premier personne et le livre est devenu une des références majeures des écoles de formation de policiers tant il décrit avec précision la psychologie de la majeure partie des tueurs en série.

    J'aime

    1. Merci beaucoup 🙂
      Là je sens que je vais beaucoup t’aimer si tu me prends par les sentiments comme cela.
      Les tueurs en série, ça c’est un sujet que je chouchoute depuis l’adolescence, leur psychologie est tellement fascinante. Je vais d’ailleurs bosser sur l’un d’eux pour en faire le thème d’une prochaine vidéo ^^
      Coïncidence ou transmission de pensées : j’ai été zieuté rapidement ton blog et j’ai vu que tu avais à ton actif Le dahlia noir que j’ai tenté de lire en 2014 mais qui n’a pas su m’emmener avec lui rapidement, du coup je n’ai pas eu la motivation de le poursuivre… 😦
      Bien entendu donc que je veux un livre fascinant, je cours me le noter et regarder si la bibliothèque l’a en sa possession pour peut-être me le faire en février ^^ et renouer avec cet auteur en plus de lire une référence des écoles de police 🙂
      Je te dis à vite car il m’apparait évident que nous allons souvent nous croiser 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s