Dead time

couv65450399
Fantastique
193 pages chez Le chat noir
Saison 1

Résumé :
L’existence des vampires n’est plus un secret pour personne. Alors que le tout Hollywood les décrit comme les amants du siècle, notre bon vieux gouvernement des États-Unis a tranché. Chaque rejeton aux dents longues se verra proposer un choix : se référencer auprès des autorités et survivre comme un animal en cage ou rester libre et se faire traquer par des chasseurs de primes rémunérés par l’état. Perso, je préfère la deuxième solution. C’est beaucoup plus lucratif pour mes finances depuis que j’ai hérité de l’entreprise familiale. Le problème, c’est qu’à 17 ans, je suis encore enchainée au lycée et je dois concilier cours de math et exécutions sommaires. D’aucuns diront que j’ai la fâcheuse tendance à ramener plus de boulot au bahut que je ne rapporte de devoirs à la maison. C’est pas faux.

Alors voyez-vous, quand on doit gérer tous ces vampires attirés par le miasme hormonal émanant de mon école et qu’en plus, on s’appelle Elvira, la vie n’est pas simple.

Une ado qui se plaint de son calvaire quotidien ? Rien de neuf à l’horizon, me direz-vous. Mais croyez-moi, je sais garder les pieds sur terre. Ma vie aurait pu être bien pire : j’aurais pu être un de ces monstres et me retrouver du mauvais côté de mon pieu.

Avis :
Ma rencontre avec Elvira a été démentielle, le peu qui nous est délivré sur son physique de prime abord me rend nostalgique, puis ensuite elle ouvre la bouche et là ! Attention les stations ! Elle critique à foison avec un vocabulaire familier, elle fait des sarcasmes et des blagues qui sont à tomber. J’entame donc cette aventure avec le smile. Il n’y a pas à dire, elle est douée la petite.

Très vite, nous assistons à des révélations chocs qui nous laissent comme deux ronds de flanc. Je n’avais pas vu venir cet uppercut livresque et ce n’était que le premier. Les retournements de situation sont diaboliques et stupéfiants, parce que même quand cela semble clair comme de l’eau de roche, l’auteur nous la fait à l’envers.

Le personnage de Ludwig me plaît aussi beaucoup. Un vrai stéréotype du geek fan de comics associé à celui du génie. Il est à l’origine de nombreuses scènes cocasses, de dialogues ahurissants et drôles au possible mais aussi d’une richesse culturelle. Il est calé et c’est un plaisir que de partager des bribes de ses connaissances. Et c’est sans parler de ses t-shirts qui sont du grand art pour moi qui suis fan des phrases emplies d’humour noir.

Belinda, elle, est la fille sans saveur, habillée avec les rideaux et la nappe de mémé, enfin le croit-on. Parce qu’elle aussi, elle est surprenante et sort plusieurs épingles de son jeu, maladroitement certes, mais cela a son petit effet.

Que de dénigrements sur tous ces vampires et autres chasseuses connues excellemment présentés, ainsi que sur toutes ces petites choses qui font se sentir les ados à la mode !

Je tiens à tirer mon chapeau à Mathieu Guibé pour avoir aussi bien maîtrisé la mise en scène d’une jeune fille. C’est assez impressionnant quand on lit de se dire qu’un homme est derrière ces mots.

Même quand c’est fini, du moins pour cette saison, il y en a encore avec une galerie offrant des illustrations collant parfaitement à ce qu’on s’imaginait et un bonus contenant un épisode de la série déjantée Dentiers versus zombies qu’affectionne Elvira et je comprends fort bien pourquoi.

Ce livre, c’est de la bombe baby! ^^

imagesCASQB5RR

Publicités

10 commentaires sur « Dead time »

  1. Mathieu Guibé..voilà un auteur que je n’ai pas encore découvert! Il faudrait que je répare cette omission au plus vite mais mais PAL va m’en vouloir :-)…en tous cas, le titre est noté dans mon petit cahier de livres à lire ! (ton pseudo à côté, tu es devenue ma référence!).
    Bonnes lecture Caroline, à très bientôt.

    J'aime

    1. Mais qu’est-ce que tu attends?! LOL!
      Je reconnais que pour le coup je ne suis pas objective, j’éprouve beaucoup d’admiration pour cet auteur et son talent incontestable.
      PAL peut comprendre qu’il y a parfois des obligations. ^^
      Plus sérieusement, je suis heureuse d’influencer tes choix, c’est un honneur que de se voir reconnue comme référence. Tu illumines ma journée avec ton commentaire. 🙂
      Merci, bonne lecture à toi aussi Héloïse, à vite.
      Bisous.

      J'aime

    1. Je reconnais que moi aussi je suis sensible à ce « changement de sexe » pendant l’écriture. Quand c’est réussi comme ici, je reste toujours baba. Je pense que c’est un preuve de son talent & un gage de qualité que de réussir à prendre possession de tous types de personnages et jusqu’à maintenant Mathieu a fait un sans faute chez moi sur ce point.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s