Et si on se prostituait

couv37586709
Nouvelle & témoignage
Ebook chez Edibitch

Résumé :
« J’ai cherché du boulot pendant quatre ans. Avec acharnement. Deux heures par jour, cinq jours par semaine. Je n’ai pas eu un seul entretien. J’ai postulé, cent fois, deux-cents fois, postulé encore. Et puis j’ai arrêté de compter.
J’ai 25 ans, je suis au chômage mais ne touche pas le chômage. Que faire quand on ne rentre pas dans les cases ? Eh bien, on fait comme moi, et comme des milliers d’autres : on cherche, on s’occupe, on travaille pour la gloire, et on prend ça avec humour. Et surtout, parfois, on a envie d’étrangler les gens qui nous disent que « quand on veut on peut ». »
Elle s’appelle Eva, elle cherche du travail depuis… toujours ? Oui c’est plus ou moins ça. Vous connaissez tous une « Eva », nous sommes tous concernés de près ou de loin par sa situation. Heureusement, Jean-Claude est là pour la soutenir. Et c’est avec humour, bien qu’avec réalisme également, qu’elle nous présente son aventure, pour ne pas dire son parcours du combattant.
« Et si on se prostituait » est un témoignage qui n’emploie pas la langue de bois et qui dénonce une réalité qui ne fait pas toujours plaisir… Mais Eva a le mérite de s’exprimer sur le sujet dans cette nouvelle dont le ton léger permet de ne pas dramatiser le sujet abordé. Car même si la situation est effectivement dramatique pour nombre de jeunes comme Eva, elle a su présenter son expérience avec du recul et un cynisme qui lui va tellement bien…

Avis :
Comme toujours, EdiBitch nous offre une couverture de bon goût, qui ravit nos yeux.
En plus, il y a un chat ! ^^
D’ailleurs, il a un de ces noms, le pauvre…

La nouvelle est découpée en quatre parties qui correspondent à quatre années successives.

Au départ, on découvre une jeune femme ambitieuse, une vraie battante qui sait où elle a envie de mettre les pieds et qui s’en donne les moyens de par son volontariat.
Son ton est jeune, enjoué, réaliste et tout ça emplit le récit de notes d’humour. J’adhère totalement.
Et pourtant, plus les pages se tournent, plus on se sent triste, démuni de ne pas pouvoir lui venir en aide. Elle a tout essayé, tout fait, partout, par tous les biais… et rien. Même quand un semblant de quelque chose se présente, elle ne rentre pas dans les fichues cases de l’administration.

C’est une dénonciation de notre société faite avec humilité et justesse, enfin un texte qui prend la défense des jeunes qui cherchent de tout leur cœur à bosser et qui, malheureusement, galèrent toujours malgré leurs efforts.
Je n’ai qu’une seule chose à ajouter : Merci Eva de l’avoir fait !

Remerciements : 
Aux éditions Edibitch pour ce partenariat.

imagesCABRMO8U

Publicités

16 commentaires sur « Et si on se prostituait »

    1. C’est vraiment intéressant d’avoir une vue de l’intérieur de la galère des jeunes à trouver du travail, et le style tourne la situation en dérision, on ne tombe jamais dans le pathos et j’ai trouvé que cela apportait quelque chose en plus du coup. Ce n’est pas du larmoyant, juste de l’actuel vécu délivré avec goût.

      J'aime

  1. Il a l’air vraiment bien, je vais avoir l’impression de lire ma vie et celle de mes potes dans la même galère, ça risque d’être drôle. Je le wish 🙂

    J'aime

    1. Il l’est 🙂
      Il est vraiment bien tourné pour qu’on réalise la dure réalité de la vie sans tomber dans le pathos. L’auteure, malgré toutes les galères qu’elle traverse garde son sens de l’humour.
      Je pense que beaucoup peuvent se reconnaître dans ce récit. Tu me diras si j’ai raison si tu le lis.

      J'aime

  2. Il me tente bien… surout qu’il n’a pas l’air de tomber dans le pathos, comme tu le dis… Malheureusement, c’est une situation qui ne va aller qu’en s’aggravant, j’ai l’impression….

    J'aime

    1. Effectivement, l’auteure joue de beaucoup d’ironie et malgré sa détresse, on a vraiment l’impression qu’elle garde sa joie de vivre.
      Je pense oui que c’est mal engagé pour aller de l’avant…

      J'aime

  3. Alors ça c’est le genre de livre que je ne lis jamais car je trouve ça bien trop triste ! En fait les tempoignanges en général me font peur car le fait de savoir que c’est vrai et non pas fictif me déprime totalement de l’humanité. J’admire toujours les lecteurs comme toi qui arrive à lire ce genre ( perso je suis trop faible pour !)

    J'aime

    1. Là je reconnais que nous sommes en totale opposition, puisque moi c’est tout l’inverse, j’aime à savoir ce qui se passe dans la « vraie vie » même si je reconnais que je sors souvent de ces lecture déprimée, blasée et toutim quanti. Mais le fait d’être confrontée à la réalité est quelque chose que j’ai toujours plis ou moins recherché dans les livres depuis que je suis ado.
      Merci beaucoup mais tu sais cela vient de notre personnalité, de nos goûts, et de nos attentes donc je n’ai pas vraiment de mérite je trouve. 🙂

      J'aime

    1. Coucou 🙂
      Cela peut-être une façon de découvrir ce genre à moindre coût vu son petit prix.
      Le résumé est représentatif du ton employé tout au long de cette nouvelle donc si cela a fait mouche sur toi, c’est un bon début.
      Contente de te tenter! *rire de vile tentatrice* ^^

      J'aime

    1. Et il l’est. Il a le mérite de dire la vérité sans faux semblant avec une pointe d’humour qui tombe toujours juste.
      N’hésite pas à me tenir au courant. 🙂
      De rien, c’est avec grand plaisir.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s