Even dead things feel your love

couv5831296
Fantastique
276 pages chez Le chat noir

Résumé :
Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.

L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.

Avis :
Le style est bluffant, on a l’impression que chaque mot est précieux et que chaque phrase est une petite mélodie livresque. On a presque envie de les lire deux fois pour bien s’imprégner. Il doit certainement y avoir un travail fastidieux derrière car tout est harmonie littéraire.

L’histoire d’amour est sublime, et ce caractère typique de l’époque avec ses convenances m’a charmée, il est rare de ne pas tomber sur un style lourd aux descriptions pompeuses, ici tout coule tel le sang versé. Et il y en a puisque Josiah est un vrai de vrai, il est le Mal, avec plus de style quand même.

Une mention particulière pour Rudolph, un personnage secondaire, majordome de fonction, qui a fait frémir mon petit être, c’est très bête mais je les adore toujours quand il y a du personnel de maison, ils gèrent tout avec flegme et brio, et cela m’a toujours fascinée, on a tous nos points faibles.

Un amour inconditionnel, complexe, difficile à atteindre et empli de preuves d’amour absolument magnifiques et déchirantes.

Félicitations à Mathieu Guibé, il réunit tous les sujets sur lesquels j’ai de gros « a priori » et il en fait quelque chose loin des conventions qui plaisent tant, à savoir les histoires de cœur heureuses avec un être malfaisant en carton et une lourdeur de style indigeste.

Merci pour ce one-shot (si, si, c’est possible, même quand on met en scène un vampire) tristement sombre, vécu aux côtés d’un protagoniste vraiment mauvais.

imagesCABRMO8U

bannièreABC2014

Publicités

6 commentaires sur « Even dead things feel your love »

  1. Je ne connaissais pas, et j’ai bien envie de le lire, maintenant. Mais est-ce que ça fait roman d’ados ? Parce que je suis moyennement fan des livres jeunesse… Mais si c’est plus comme Entretien avec un vampire, j’adhère. 🙂

    J'aime

    1. Pas du tout, je ne suis pas portée sur la jeunesse non plus donc là tu peux y aller l’esprit tranquille, c’est effectivement dans la veine de ta référence d’Anne Rice. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s