Meurtres pour rédemption

couv26188016
Policier
988 pages chez Pocket

Résumé: 
Si jeune, Marianne devrait être insouciante et rêver à l’avenir, des projets plein la tête. Mais son seul rêve, c’est la liberté. Car Marianne est en prison. Perpétuité pour cette meurtrière. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l’univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les brimades, les coups, les humiliations. La tête haute, toujours. Elle s’évade parfois, grâce à la drogue qu’elle paye en nature, grâce aux romans qu’on lui laisse lire, grâce à ses souvenirs aussi. Grâce au bruit des trains, véritable invitation au voyage. Elle finit par apprendre l’amitié, la solidarité, et même… la passion. Mais sans aucun espoir de fuir cet enfer, hormis dans ses rêves les plus fous. Et puis un jour, l’inimaginable se produit. Une porte s’ouvre au parloir. Trois hommes, trois flics lui proposent un odieux marché, lui offrant une possibilité de quitter ce purgatoire. Mais en échange de sa liberté elle devra tuer pour eux. Des derniers meurtres à commettre… pour rédemption.

Avis :
Un roman qui me laisse sans voix avec pour seule compagnie mes larmes et ma rage.

L’alternance entre narration interne et omnisciente nous permet de connaître leurs réflexions, leurs sentiments, leurs ressentis, leurs envies. Tout est juste, humain, que ce soit dans l’accomplissement du bien ou dans l’horreur profonde.

Le milieu carcéral m’intéresse, j’ai déjà vu plusieurs reportages sur ce thème et même si Karine Giébel va loin dans le vice et les supplices, ce ne m’apparaît pas surjoué car en prison tout est possible ou presque aux vues de certaines choses dévoilées lors de ces émissions.  Les corps et les esprits sont malmenés.

L’histoire se divise en deux parties distinctes : sa vie en dedans et celle qu’on lui présente au-dehors.
Un vrai questionnement est intégré sur l’allégorie Liberté.

Marianne est une jeune femme fascinante, meurtrière et pourtant d’une richesse extraordinaire pour le lecteur, elle est excellemment travaillée, on n’approuve aucunement ses actes, et pourtant on cherche à comprendre, on s’attache, on compatit, on voudrait l’aider . D’ailleurs un des points forts c’est qu’aucun protagoniste ne laisse indifférent.

Je le sentais venir que la fin allait me retourner, et Bingo. On a ce cri de tristesse, de dégoût qui enfle au fond de notre gorge.

Les lieux ne sont pas explicites, uniquement une majuscule comme si on ne devait pas reconnaître les lieux, comme si on pouvait croiser les matons au détour d’une rue, très intelligent comme procédé.

On peut associer tellement d’adjectifs  négatifs à ce livre : sombre, violent, sadique, noir qu’il ne peut être lu par tous.

La version poche fait quasiment mille pages et pourtant le contenu n’est pas long, ni lourd à digérer lorsqu’on est plongé dedans, je n’ai rien trouvé de trop. Par contre, deux ou trois scènes de par les réactions m’ont faites tiquer. On est d’accord, je chipote pour lui trouver un micro défaut.

Marianne se retrouve aux côtés de ma Lisbeth Salander dans mon top personnages, elle est tellement … tout en fait. J’aime clairement cette femme d’amour.

Ce qui est certain c’est que je ne verrais plus les trains de la même façon et que j’aurai toujours une pensée pour Marianne en les entendant, sa manière à elle de s’évader, se libérer.

imagesCASQB5RR
Un coup de cœur bouleversant et ignoble, la vie n’est-elle que promesses vides, manipulations et corruption? 

Publicités

14 commentaires sur « Meurtres pour rédemption »

  1. Quelle magnifique chronique ! Pour avoir eu un énorme coup de cœur moi aussi lors de cette lecture, je suis 100% d’accord avec toi. Karine Giebel joue vraiment dans la cour des très grands…

    J'aime

    1. Merci beaucoup Sylvie. Cela n’a pas été évident de la rédiger, j’ai beaucoup de mal à poser mes mots sur un coup de cœur mais j’ai relevé le défi haut la main apparemment 🙂
      Oui, en effet, d’ailleurs elle rentre dans mon top auteurs chouchous parce qu’elle m’a scotchée là.

      J'aime

  2. Ola, ton avis donne plus qu’envie! Je ne connais pas le milieu carcéral, je ne me suis jamais trop penchée dessus mais j’avoue que j’ai envie de découvrir la vision de l’auteur. Je rajoute le livre dans mes envies!

    J'aime

  3. depuis le temps que je me dis que je dois découvrir cette auteure… j’en ai plusieurs sur ma liseuse en plus, mais je les zappe toujours 😦

    merci pour ton avis qui m’encourage à les remonter dans la PAL :p
    bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s