Le temps n’est rien

couv67811263
Romance & drame
522 pages chez Michel Lafon

Résumé : 
« Je l’aime. II représente tout pour moi. Je l’ai attendu toute ma vie et à présent il est là. (J’ai du mal à m’expliquer.) Avec lui je peux contempler mon existence dans sa totalité, comme une carte, passé et futur réunis, comme un ange… [..] Tout est déjà arrivé. Tout en même temps.  »
Nous avons tous déjà eu cette impression d’avoir rencontré une personne quelque part avant, ou de l’avoir connue dans une autre vie… Et si c’était dans un autre temps ?
Quand Henry, bibliothécaire, voit arriver Claire, une artiste séduisante, il ne peut croire à l’incroyable : ils se connaissent depuis des décennies, même s’il ne s’en souvient pas. Car Henry est atteint d’une maladie qui le propulse dans le temps. Il a rencontré Claire alors qu’elle était enfant et va sans cesse partir et revenir à des époques de leurs vies respectives…
L’histoire folle et romanesque d’un amour absolu et éternel.

Avis : 
Singulière est le terme le plus adéquat pour cette histoire d’amour qui cumule les voyages dans le temps faits par Henri. Malgré les repères temporels constitués de dates et de l’âge respectif de nos deux tourtereaux, on s’y perd facilement surtout au début. Au fil des pages, on comprend le concept mais mon imagination n’a pas suivi malheureusement ce personnage qui a plusieurs âges la même année via ses bonds dans le temps.
Le fait est aussi que l’auteure lui a ôté la possibilité d’apparaître avec des vêtements, je n’ai pas forcément compris cette nécessité mais fort est de reconnaître que cela joue un rôle certain dans l’intrigue.

Henri et Claire sont des personnes travaillés, très développés, qui nous deviennent proches puisqu’on les suit pendant quasiment l’intégralité de leur vie. Cela crée une forme d’intimité entre eux et le lecteur.
Un malaise m’a pris quant à leur relation car parfois on a la sensation vu ce qui se passe que Claire vit l’amour avec plusieurs hommes qui ont le même corps. C’est spécial.

Le roman aurait mérité d’être moins lourd par moments, on s’attarde sur des éléments sans réel intérêt qui plombent notre rythme de lecture tel que les passages très riches en détails sur le travail de Claire par exemple auxquels je n’ai pas compris grand chose, son métier d’artiste sculpteur m’étant totalement inconnu.

La dernière partie est celle qui m’a le plus intéressée de par son côté mélodramatique. C’est pas très gentil mais c’est comme ça. La fin est sublime, poignante à souhait, emplie d’amour qui malgré les épreuves survit.

Une romance particulière qui nous embarque  si on se prend au jeu du mélange passé, présent et futur.


Publicités

6 commentaires sur « Le temps n’est rien »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s